En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Des militaires devant la mosquée El-Saleh de Sanaa, au Yémen, en août 2012. (photo d'illustration)
 

Alors que l'enlèvement mardi d'une ressortissante française à Sanaa, la capitale du Yémen, n'a pas encore été revendiqué, la piste Al-Qaïda semble pour l'heure privilégiée.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire