Yasser Arafat exhumé, pour quoi faire ?

Huit ans après la mort du leader de l'OLP, les circonstances de son décès demandent encore à être élucidées. BFMTV.com fait le point sur cette enquête.

David Namias
Le 27/11/2012 à 13:51
Mis à jour le 27/11/2012 à 14:24
Le mausolée de Yasser Arafat au QG de l'autorité palestinienne. (Abbas Momani / AFP)

Décès d'Arafat : les juges français sur la piste du polonium


Huit ans après sa mort, Arafat exhumé


Huit années sont passées depuis la mort de Yasser Arafat et les circonstances de son décès, le 11 novembre 2004 à l'hôpital de Percy à Clamart, font plus que jamais débat. L'ex-leader palestinien a été exhumé à Ramallah puis replacé dans sa tombe ce mardi. Mais que cherchent au juste les trois juges français chargés de l'enquête, qui ont ordonné cet acte peu ordinaire ?

Pourquoi une exhumation huit ans après sa mort ?

L'exhumation a été ordonnée par trois juges français du parquet de Nanterre. Elle fait suite à une plainte contre X pour assassinat déposée par Souha Arafat, la veuve du leader de l'OLP. Elle même avait été convaincue d'intenter une action en justice après avoir visionné un documentaire de la chaîne d'information en continu qatarie, Al Jazeera. Celui-ci faisait état de traces de Polonium 210 retrouvées sur les effets personnels d'Arafat confiés à la chaîne par sa veuve.

Que recherche la justice ?

Le but de l'opération est de déterminer si Yasser Arafat a, ou non, été empoisonné par du polonium 210. Des prélèvements ont ainsi été effectués sur la dépouille de Yasser Arafat. Selon une source palestinienne, seul un médecin palestinien a pu accéder au corps du défunt, qui gît à la Mouqataa, le QG de l'Autorité palestinienne. Des experts internationaux français, suisses, russes sont chargés d'examiner les échantillons.

Quels sont les effets du polonium 210 sur la santé ?

Le polonium est un métal pauvre, dont l'isotope, le polonium 210, est présent dans la nature sous forme de traces dans le minerai d'uranium ou dans la fumée de cigarette. Cette substance est extrêmement radioactive et volatile. Sa toxicité est très importante, soit 250.000 plus que le cyanure et aucun traitement n'existe. En 2006, l'opposant russe Litvinenko empoisonné par cette substance à Londres, était mort en seulement trois semaines.

La production d'une dose mortelle n'est cependant pas à la portée de tout le monde. Elle ne peut être produite que par un réacteur nucléaire. 97% de sa production légale, soit 85 grammes par an, se fait aujourd'hui au sein du réacteur russe d'Avangard, placé sous bonne garde, au sud-ouest de Moscou.

Combien de temps vont prendre les analyses ?

Les analyses vont prendre deux à trois mois, selon un expert de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). Toute la difficulté va être de déterminer si les traces de polonium éventuellement décelées sont le résultat d'une administration humaine et non d'une source naturelle. Dans un corps contaminé, la moitié de la radioactivité se concentre dans le squelette. De surcroît, le polonium 210 possède une période de radioactivité assez courte de 138,4 jours, à l'issue de laquelle sa radioactivité diminue de 50 %.

Si la thèse de l'empoisonnement est avérée, que va-t-il se passer ?

Si l'empoisonnement est établi, il reste à savoir qui se trouve derrière. Les Palestiniens accusent Israël, ce que l'Etat hébreu dément catégoriquement. Une autre hypothèse évoquée par un diplomate occidental, impliquerait Israël, mais aussi des complicités palestiniennes. Remonter jusqu'à un éventuel commanditaire risque d'être en tout état de cause très difficile et divise dans la propre famille d'Arafat.

Toute l'actu International

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?