En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
"Je vais pouvoir faire ce que j'aime le plus : tuer des gens", a notamment écrit William Spengler.
 

L'homme qui a tué deux pompiers américains, piégés en venant éteindre l'incendie qu'il avait allumé, a laissé une lettre dont quelques détails qui font froid dans le dos ont été révélés par la police.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • LE PATRIOT
    LE PATRIOT     

    vous êtes complètement contradictoire hier vous avez emmerdé tous le monde sur le site avec conneries pro armes à l'américaine que vous souhaitez tant en France et maintenant vous dites que des psychopathes ne doivent pas en avoir c'est bien hier ce que je me suis tû a vous expliquer avec Spartan 117 aujourd'hui il y a vraiment quelque chose qui va vraiment pas chez vous!!!!!

  • LE PATRIOT
    LE PATRIOT     

    heybaal pauvre abrutis tourner vous la langue dans la bouche avant de dire des conneries

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Au fait, le policier a abattu le tueur en lui jetant un bouquet de fleurs, ou en pointant un doigt vers lui et en criant "pan pan" ?

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Ah ben oui, alors là c'est clair, lui tu lui interdit les armes il va se retrouver bien bête à ne plus avoir le droit de s'en procurer. Ca va mettre un terme à ses activités criminelles, pour sûr !!! Moi ce qui me fait surtout froid dans le dos c'est qu'on estime à 1~2% la proportion de psycho/sociopathes au sein d'une population. Des types totalement dénués d'empathie ou de respect. Certains sont quand même des types bienveillants ou respectueux des lois (parfois juste par crainte d'aller en prison). Certains sont malveillants et n'ont que peu de frein qui les empêchent de passer à l'acte. Un jour l'occasion se présente ... Et on fait passer ça pour un type ordinaire qui a "pété un plomb". On l'enferme, il "paie sa dette", il ressort et ... il recommence. Ca n'a rien à voir avec la législation ou la responsabilité d'objets inanimés que sont les armes. Si, à la limite il y a bien un lien : de temps en temps on arrive à les neutraliser de façon définitive en leur mettant un peu de plomb dans la cervelle (du type balles expansives), et ça règle la question. Mais raisonner avec des gens comme ça comme si c'était des gens normaux ... c'est pas comme ça qu'on trouve des solutions.

Votre réponse
Postez un commentaire