En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

LITTLETON, New Hampshire (Reuters) - Une lettre manuscrite d'une seule phrase de l'écrivain américain J.D. Salinger, mort en janvier 2010 à l'âge...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • alain 94
    alain 94     

    j'aime la litterature dans les livres a teneur psychologique je prefere v larbaud et fermina marqez enfantines concernantles amours enfantines ou les amours en general et l' ambiance concernant aussi l'adolescence ou un formidable le secret de l'anonyme triestin que je vous recommande et venere stefan zweig sandor marai homologue hongrois et kostolanyi auteur d'anna la douce par exemple salinger m'a decu je le trouve mineur comme ecrivain mais ce n'est que mon opinion

  • The_Frog
    The_Frog     

    Sous une apparence très ordinaire ("goddamn", l'oeuvre parle de la manière dont s'écrit un livre (the "David Copperfield kind of crap" et s'inscrit dans la tradition du Transcendentalisme Américain. Les personnages (Haulden Cauldon) parlent de ce qu'est un personnage, c-a-d un objet de fantasme dans lequel tu peux t'identifier. Au bout de 40 pages, j'ai compris que j'étais devant une très grande oeuvre (au moment où Caulden écrit la dissert de son camarade de chambre) et à ma grande surprise il garde ce niveau d'exigences jusqu'à la fin du livre: c'est prodigieux. Mais il faut aimer étudier la littérature.

  • FRANCE INCULTE
    FRANCE INCULTE     

    C'est vrai, "Entre les murs" c'est tellement mieux...

  • alain 94
    alain 94     

    jamais compris le squcces du livre de ce monsieur l'attrape coeur histoire banale ecrite dans un style passe partout beaucoup de snobisme dans sa renommée un peu comme pour marilyn monroe l'archetype de la blonde americaine nourrie aux grains mais au dela ordinaire sans chien sans charme veritable une belle plante tres commune snobisme encore et matracage mediatique.......

Votre réponse
Postez un commentaire