En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • al Azar
    al Azar     

    Londres s'est dit "préoccupé" par la condamnation à un an de prison de la jeune Irano-Britannique Ghoncheh Ghavami, arrêtée en juin à Téhéran après avoir voulu assister à un match de volley-ball masculin.

    "Nous sommes préoccupés par les informations indiquant que Ghoncheh Ghavami a été condamnée à douze mois de prison pour +propagande contre le régime+. Nous nous interrogeons sur le motif des poursuites, l'équité du procès et les conditions de détention de Mademoiselle Ghavami", a indiqué un porte-parole du Foreign Office .

    Ghoncheh Ghavami, 25 ans, avait été interpellée le 20 juin alors qu'elle participait à un rassemblement de femmes voulant assister à Téhéran à une rencontre de la Ligue mondiale de volley entre l'Italie et l'Iran, qui fait partie de l'élite de ce sport.

    Relâchée au bout de quelques heures, la jeune femme avait de nouveau été interpellée quelques jours plus tard lorsqu'elle est retournée au commissariat pour récupérer ses affaires personnelles.
    Un responsable judiciaire avait précisé en septembre que cette nouvelle détention n'était pas liée au sport, sans donner d'autre détail.


    Détenue à la prison d'Evine depuis 126 jours, Ghavami a cessé de s'alimenter pendant deux semaines en octobre pour protester contre sa détention et l'absence de procès, selon la page Facebook (Free Ghoncheh Ghavami), où sa mère, sa famille et ses amis ont lancé une campagne pour obtenir sa libération.
    Un procès a ensuite eu lieu pour "propagande contre le régime", selon son avocat, qui a annoncé le verdict dimanche, sans expliquer les raisons de cette condamnation.

    En septembre, le Premier ministre britannique David Cameron avait insisté sur "l'impact que ce genre de cas peut avoir sur l'image de l'Iran au Royaume-Uni" lors d'une rencontre avec le président iranien Hassan Rohani en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York.
    On voit que même chez les chiites, notre religion n'est pas prête à une évolution vers un islam des Lumières, pour lequel nous luttons désespérément !

Votre réponse
Postez un commentaire