En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

WASHINGTON (Reuters) - Un séisme meurtrier survenu en 2011 en Espagne pourrait être la conséquence de l'exploitation pendant des décennies par les...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • alex9876
    alex9876     

    c'est à la mode de se la jouer écolo, pour la préservation de l'ours blanc, contre le gaz de schiste etc...la terre depuis des millénaires évolue et change. des espèces sont apparues d'autres ont disparu alors que l'homme n'y était pas encore. les déserts d'aujourd'hui ont été des océans autrefois et des terres ont été englouties sans aucune activité humaine. aujourd'hui , on est tellement prétentieux que l'on croit tout savoir, tout prévoir, tout expliquer et on se lance dans des prévisions catastrophiques et on croit pouvoir maîtriser dame Nature et la Terre et la figer en l'état pour éviter notre disparition. c'est de la connerie , comme bien d'espèces avant nous , nous ferons notre temps et on disparaîtra pour être remplacé par une espèce qui se sera mieux adaptée au climat et aux nouvelles contraintes. n'ayez pas peur de disparaitre, c'est une fin inévitable. vivez le moment, soyez heureux

  • zazy
    zazy     

    d'accord avec vous. Au 18ème siècle, Lisbonne a été quasi détruite par un tremblement de terre tellement violent que les nappes d'eau se sont mises en mouvement (de balancier) jusqu'en Finlande. A l'époque l'influence de l'homme sur la terre était inexistante. Ce n'est pas parce que 7 milliards de minuscules humains se sont installés sur la croûte terrestre qu'elle va changer ses rythmes. Le dérèglement climatique que nous connaissons n'est que le début d'une ère climatique nouvelle (qui se sont succédé pendant quatre milliards d'années) et je ne doute pas que cela va progresser très rapidement, beaucoup plus rapidement que ce que l'on nous dit.

  • sichri
    sichri     

    Vous avez bien compris ce qui est dans l'article ? Car l'eau puisée, certes, ne quitte pas notre planète, mais elle ne retourne pas là où on l'a prise.

  • tetra
    tetra     

    Ouh làlà !!! je ne parlais pas d'un puit !!! et pourquoi un puit ??? vos idèes bornèes vous empéche de comprendre les posts !!! je voulais simplement parler d'un phénoméne qui nous dèpasse !!! et qui est naturel !!! car provoqué par notre planéte !!! qui est certainement moins prècise qu'une montre Suisse (( magrés que ??? )) ... les dèrapages de la planétes sont à la mesure de notre ignorance !!! (( incomprèhensibles )) ... nous n'en avons pas l'intelligence et surtout les moyens !! malgrés vos connaissances à deux balles ... /// .

  • sichri
    sichri     

    On ne parle pas du puits pour puiser votre pichet d'eau ! En ce qui concerne l'exploitation du gaz de schiste, la fracturation est obtenue par injection d'eau à haute pression, la quantité d'eau injectée étant massive. C'est une question de bon sens : lorsque vous retirez des masses d'eau très importantes du sous-sol, vous vous doutez bien de ce qui se passe ! On dit bien que la nature n'aime pas le vide !

  • tetra
    tetra     

    Puisèe ou èvaporèe !!! c'est le cycle de l'eau !!! l'eau reste quand méme sur terre !!! ou voulez vous qu'elle aille !!! ce phénoméne ne vient pas à cause de nous !!! c'est certainement provoquè par le noyaux de la terre !!! elle doit nous filer entre les mains !!! par des fissures provoquèes dans le centre ... ///

  • sichri
    sichri     

    Que répondre à autant de sarcasme ! Il n'y a pas de demi mesure avec vous. Lorsqu'un projet humain est envisagé, on doit mesurer quel sera son impact sur l'environnement (c'était mon métier !) et ne pas le faire s'il y a des risques majeurs. Et dans mon message, je parlais des activités de grande ampleur : exploitation du gaz de schiste, extraction pétrolière en grande profondeur (près de 10 000 mètres) comme dans le golfe du Mexique, barrage gigantesque (comme en Chine). Et non, même si on arrête tout, la planète n'arrêtera pas de bouger, car c'est un être vivant qui n'est pas figé ! Et il n'est pas idiot de penser que l'on peut peut-être réduire le nombre de catastrophes, non ?

  • snaredrum
    snaredrum     

    si l'homme arrête de puiser les ressources naturelles , il n' y aura plus de : tremblements de terre, typhons, tempêtes, montées des eaux , descente des eaux ? , glissements de terrains , éruptions volcaniques , explosion de montagne , la terre se figera comme une image du paradis avec des papillons partout , en attendant que le soleil soit remplacé par son successeur , sinon ..... adieu

  • forgaia
    forgaia     

    Malheureusement la prise de conscience est encore trop loin et par les pouvoirs des États et par les citoyens eux-mêmes! Quand la grande faille s'ouvrira c'est à ce moment là seulement que les gens pourrons dire: "Qu'est-ce qu'on a laissé faire"???

  • djako
    djako     

    .

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire