Un pédophile libéré car sa victime de 11 ans était "amoureuse"

L'homme, qui a été arrêté en flagrant délit, a été condamné deux fois par la justice italienne. Mais la cour de Cassation a cassé ces décisions. Un nouveau procès devrait avoir lieu.

A. D. avec AFP
Le 30/12/2013 à 11:54
Mis à jour le 31/12/2013 à 7:37
Un policier italien en faction. (Photo d'illustration) (Gabriel Bouys - AFP)

Un pédophile sexagénaire a été libéré à la suite d'une décision de la cour de Cassation de Calabre, en Italie. Pour les juges, la Cour d'appel avait sous-évalué le "rapport amoureux" entre l'accusé âgé de 60 ans et sa victime, une fillette de 11 ans, rapportait le 7 décembre le Quotidiano della Calabria.

Sans surprise, ce jugement fait scandale et de nombreux italiens s'indignent de la décision de justice, alors que Pietro Lamberti, 60 ans, a été surpris nu, au lit avec sa victime de 11 ans. La police qui avait réalisé des écoutes téléphoniques avant de le surprendre en flagrant délit, a interpellé l'homme, un proche de la famille de la jeune fille, il y a deux ans.

Un "consensus" entre l'homme et la fillette

L'homme, travailleur social à Cantazaro, avait été condamné deux fois à cinq ans de prison pour actes sexuels avec mineur de moins de 14 ans, en première instance et en appel, mais la cour de Cassation vient d'annuler les deux premiers jugements, estimant que la petite fille, qui a désormais 13 ans, était amoureuse de l'homme.

Dans un arrêt rendu le 15 octobre dernier, mais relevé par un média italien plus de deux mois plus tard, la Cour de cassation a ordonné un nouveau procès en appel. Motif: la Cour d'appel n'a pas suffisamment pris en compte "le consensus" entre l'homme et la fillette, "l'existence d'un rapport amoureux, l'absence de contrainte physique et le fait que la fillette soit amoureuse".

Passé inaperçu au moment de son prononcé, l'arrêt a suscité de nombreuses réactions d'indignation sur les réseaux sociaux, où beaucoup ont vu dans cette décision une "validation de la pédophilie" par la justice italienne.

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?