En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les migrants, parmi lesquels des enfants et des personnes en fauteuil roulant, ont traversé l'un des principaux pont sur le Danube sans être inquiétés par les forces de l'ordre.
 

Plus d'un millier de migrants ont quitté vendredi en début d'après-midi la gare principale de Budapest pour tenter de se rendre à pied "en Autriche". Certains étaient bloqués depuis plusieurs jours dans la capitale hongroise, alors que Budapest a multiplié les tentatives pour les transférer contre leur gré dans des camps de premier accueil.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • direvrai
    direvrai     

    Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion Invasion

  • Adret
    Adret     

    Les Hongrois doivent être ravis, automobilistes ou pas. Tout ce cinéma évidemment sous l'œil des innombrables caméras. Dommage qu'il y ait moins de caméras en présence de l'EI, ça les aurait inciter à adopter ce genre de comportement là où il aurait fallu.

  • trevorsteven
    trevorsteven     

    Un pont aérien direct avec Damas Bagdad....notre Armée de l'air pourrait s'en charger,voilà notre de devoir de Français nous le commande

    Adret
    Adret      (réponse à trevorsteven)

    Pourquoi oublier la Corée du Nord, Cuba, l'Erythrée, le Pakistan, l'Afghanistan.... et tous ceux qui souffrent dans le monde. Irréaliste ? Nenon., pas du tout !

  • 109600
    109600     

    Hollande est capable de faire transformer les deux "Mistral" en hôtels flottants pour les loger!

    sissi08
    sissi08      (réponse à 109600)

    Au moins ils serviraient au lieu de rouiller sous un hangar quitte à les ramener chez eux avec.

  • mirabelle57
    mirabelle57     

    L'Allemagne veut régenter l'Europe a sa guise,et Hollande est le toutou qui suit les directives des U S A et Merkel,l'UE dérive et nous subirons inexorablement les revers grace à l'incompétence de notre gouvernement,le moyen orient ne veut pas des migrants,ils savent très bien que l'islam va se propager.

  • 109600
    109600     

    La Hongrie possède une frontière commune avec la Roumanie. Pourquoi n'y vont-ils pas?

    trevorsteven
    trevorsteven      (réponse à 109600)

    Super idées la Roumanie mais non non ils veulent il n y a pas de sécurité sociale d allocation familiale de logements gratis et toute sorte d aide sociale en Roumanie....enfin quand même quitte à bouger autant venir faire sa demande d asile dans un pays qui a la main sur le cœur......exemple au Hasard La France

     JOHANN
    JOHANN      (réponse à trevorsteven)

    Roms et migrants avec Hollande decidement les bidonvilles reviennent on se croirait dans les années 1958 avec l'Abbé Pierre sachant que nous sommes même pas capable de loger les Français.

  • trevorsteven
    trevorsteven     

    Pourquoi la France n'envoie pas des avions des Transals des Hercules enfin je veus dire un pont aérien pour les ramener en Coreze et plus précisément à Tulle ou les habitants sont prêts à les accueillir à leurs domiciles

  • deuxc
    deuxc     

    M'est avis que les Autrichiens vont se prémunir contre ces hordes.

    sissi08
    sissi08      (réponse à deuxc)

    L'Extrême Droite est prête en Allemagne pour une rébellion Mme Merkel en a peur qu'ils s'en prennent aux nouveaux Déserteurs.

Votre réponse
Postez un commentaire