En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Des camions du convoi russe passe la frontière ukrainienne au niveau du checkpoint d'Izvarino, le 22 août 2014.
 

 Plusieurs camions du convoi humanitaire russe ont passé la frontière ukrainienne, ce vendredi. Kiev dénonce une "invasion" et les Occidentaux une "violation" de la frontière.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Jean Aimarre 2.0
    Jean Aimarre 2.0     


    Il me semble que cette "passe d'arme" entre Moscou et le conseil de sécurité, laissera un goût amère de pure mauvaise foi. En extrapolant à peine, ce que retiendra surtout l'opinion publique, c'est, que ce même conseil de sécurité mené par les U.S.A refusent un convoi d'aide humanitaire (!!??!) En utilisant le terme "d'invasion directe", ils annoncent, tout bonnement, de futures représailles "justifiées". Tout ceci, en définitive, pour une aide humanitaire bloquée que la croix-rouge a refusé d'escorter et dont la cargaison à été vérifiée, même à 30 sur 250 au hasard ils n'ont rien trouvé. Peut-être que poutine en sortira vainqueur en paraissant de bonne foi, un fabuleux coup de comm' à moindre frais et d'éventuelles sanctions renforceront ce sentiment que tout ça n'est qu'un prétexte et somme toute, un retour au temps de l'alliance du traité de l'atlantique nord en pleine guerre froide contre les tenants du Pacte de Varsovie.

  • contrelesabusdepouvoir
    contrelesabusdepouvoir     

    Poutine n'est pas le genre de personne à lâcher prise. Il a toute une stratégie bien définie derrière, en premier lieu en déstabilisant l'Ukraine à tout prix.

Votre réponse
Postez un commentaire