En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Ufc-que choisir dénonce l'impact économique du chauffage électrique
 

L'impact économique du chauffage électrique en France est « désastreux » et démontre l'urgence d'une véritable transition énergétique, a dénoncé mardi l'UFC-Que choisir dans une étude publiée deux jours avant le lancement du débat sur l'énergie.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

16 opinions
  • danbas
    danbas     

    Quelque soit l'énergie utilisée pour chauffer son habitat, si l'isolation de celui ci n'est pas bonne, il y aura gabegie d'enrgi pour le chauffer !
    Alors ne pas se tromper de combat ! comme les verts sont en train de le faire maintenant qu'ils ont un pied au gouvernement et a priori les mains libres poir imposer n'importe quoi !

  • fifirififi
    fifirififi     

    C'est vrai. C'est super. Le problème, c'est l'investissement de départ, s'il a fait un emprunt sur 15 ou 20 ans c'est aussi à prendre en compte. Attention aux fausses bonnes idées.

  • fifirififi
    fifirififi     

    Rajoutons qu'il faut un terain avec une surface d'au moins 1.5 a 2 fois la surface habitable de la maison à chauffer. Je m'explique : si la maison fait 100 m2 il faut consacrer 150 a 200 m2 de terrain pour enfouir les capteurs. ls doivent êtres situés à plus de deux mètres des arbres, à au moins 1,5 mètre des réseaux enterrés non-hydrauliques, et à au moins trois mètres des fondations, des puits, des fosses septiques et des réseaux.
    Si la pelouse, les massifs de fleurs et les buissons ne posent pas de souci, les capteurs enterrés ne peuvent pas êtres situés sous une terrasse ou une construction. Bref, l'investissement est onereux. Je conseillerais plutôt de remplacer les grille-pains par des radiateurs à inertie

  • fifirififi
    fifirififi     

    Les radiateurs grille-pain datent des années 70-80-90. Les nouveaux sont peu energivores. Ensuite les remplacer par quoi ? du fuel ? du gaz ? Si l'ufc veut defendre les consommateurs, qu'ils exigent le retour a la situation d'edf d'avant 2002 et l'ouverture des marchés. L'ennemi c'est pas le radiateur electrique, c'est le grille-pain et les ecolos de salon qui empêchent le renouvellement et la construction de nouvelles centrales nucléaires

  • Deks
    Deks     

    Il y a de bonnes idées mais vous faites plusieurs erreurs: la géothermie peut se révéler moins rentable économiquement avec une électricité peu chère (nucléaire) même si d'un point de vue énergétique c'est bien meilleur que l'électrique donc c'est un point qu'il faut trancher: économie d'énergie ou moindre prix. Les biocarburants par biomasse sont une bonne idée mais: ils produisent toujours des gaz à effet de serre en combustion, il n'y a pas assez de biomasse pour produire l'intégralité de la consommation, il me semble que les moteurs ne peuvent fonctionner en 100% biocarburant (ou du moins pour la formule utilisée actuellement). Cela dit on peut très bien faire un mix (on fait déjà d'ailleurs) de source d'énergie: exemple pour l'électricité on a un mix nucléaire/fioul pour les aléas de consommation; peut être qu'une démocratisation de la géothermie permettrait de baisser les cout de production à mixer au chauffage électrique aux endroits où c'est difficilement applicable (c'est encore mieux en étant bien isolé), les carburants on est un peu coincé pour le moment: on a que le pétrole mixer au biopétrole accessible en quantité suffisante et on cherche des solutions: "on", ie notre gouvernement, a fait le choix de l'électrique, personnellement je n'y croit pas une seconde, ce qui implique des implantations de bornes de recharge, on a pas d'autonomie, ça met énormément de temps à recharger et ça consomme des métaux rares pour les batteries; les allemands eux ont fait le choix de l'hydrogène (abandonné par renault il y a qques années je crois), le problème c'est le stockage, la production, la sécurité et ça consomme aussi des métaux rares pour les électrodes (d'ailleurs avec des nano matériaux ils ont réussi à diviser la quantité requise par 10) enfin tout dépends de comment on s'y prend. Sachant que l'un comme l'autre nécessite de l'électricité soit comme énergie motrice et l'autre pour l'électrolyse.

  • dadou32
    dadou32     

    C était à prévoir ,ah oui et le futur c est quoi.la solution de la gauche ,la voiture électrique ,aouh

  • Deks
    Deks     

    La géothermie de Chaude Aigue utilise des sources d'eau chaude naturelles d'après ce que j'en ai lu; or il n'y en a pas partout. De plus il convient d'étudier quelle quantité d'énergie on peut prélever de sorte que la source de chaleur soit constamment renouvelée.

  • fifi51
    fifi51     

    La géothermie n'est souvent que l'application d'une climatisation reversible qui elle prélève les calories de l'air ambiant (trop chaud suite au réchauffement climatique) pour chauffer les habitations! La géothermie utilise les calories du sol par une technique semblable! Dans les deux cas il faut un peu d'électricité pour faire fonctionner le système d'échageur de température!

  • fifi51
    fifi51     

    Le nucléaire pour l'electricité, la géothermie pour le chauffage, et les biocarburants par exploitation de la biomasse, ne sont ils pas les seules sources d'énergie d'avenir: c'est à dire disponibles en quantité non limitées, sans effet de serre, utilisant des techniques existantes même si elles sont à moderniser et à sécuriser. En plus , elles nous donnent une indépendance énergétique et bonnespour nos finances et notre balance commerciales! J'ai peut être un raisonnement trop simple ?

  • lapsus
    lapsus     

    du style pouvant récupérer la chaleur comme à Chaude aigue dans le Cantal, vous e"n pensez quoi?

Lire la suite des opinions (16)

Votre réponse
Postez un commentaire