En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Les autorités turques ont bloqué l'accès à Twitter le 20 mars dernier. (photo d'illustration).
 

Les autorités turques ont décidé de lever le blocage du site de micro-blogging, inaccessible dans le pays depuis le 20 mars dernier.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • Al Azar
    Al Azar     

    Pour l'adhésion de la Turquie ? Demandons l'avis de Hollande sur le sujet ! s'il n'en a pas un de Normand, comme d'habitude, disant oui à l'un et non à l'autre des interlocuteurs ! Au moins avec Sarko c'était clair ! Il faut nécessairement l'accord de la France pour l'adhésion turque et l'unanimité des 27. L'Autriche s'y opposera quoiqu'il advienne !

  • Al Azar
    Al Azar     

    Un grand démocrate ! Ici vous appelez ça un "islamiste modéré" ! L'un de mes ancêtres était Alévi, environ 16 millions sur 8O Millions de turcs, soit 20% de la population ! Et ce sont des citoyens de seconde zone là-bas !

  • Al Azar
    Al Azar     

    La chancelière Angela Merkel s'est montré "à titre personnel très sceptique" sur une entrée d'Ankara en tant que membre de plein droit, mais son gouvernement composé de conservateurs et de sociaux-démocrates juge officiellement "ouverte" l'issue des négociations.

  • Al Azar
    Al Azar     

    Le candidat du centre droit à la présidence de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a souhaité aujourd'hui samedi la poursuite des négociations avec Ankara sur une éventuelle adhésion de la Turquie à l'Union européenne. "Je ne pense pas que l'on devrait arrêter les négociations d'adhésion", même si la politique actuelle du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, ne les rend pour l'heure "pas faciles", a déclaré devant des journalistes, l'ex-Premier ministre du Luxembourg, présent à Berlin pour une réunion du parti conservateur d'Angela Merkel.

  • Al Azar
    Al Azar     

    Une grande démocratie exemplaire ! Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, dopé par son triomphe au scrutin municipal de dimanche dernier, a relancé hier son bras de fer avec les réseaux sociaux et la justice, en confirmant son appétit pour la course à la présidentielle d'août. Après cinq jours de silence postélectoral, M. Erdogan a renoué avec ses diatribes offensives et provocatrices en critiquant publiquement la plus haute instance judiciaire de son pays, qui l'a contraint à lever sa décision très controversée d'interdire l'accès du réseau Twitter à ses 12 millions d'adeptes turcs. « Nous devons bien sûr appliquer le jugement de la Cour constitutionnelle, mais je ne le respecte pas. Je ne respecte pas ce jugement », a-t-il déclaré. Un tribunal d'Ankara s'est également prononcé hier pour la levée de l'interdiction imposée il y a huit jours à YouTube. En dépit de ce jugement, susceptible d'appel, la plateforme d'échanges de vidéos restait toujours inaccessible en Turquie. Visé depuis des mois par de graves accusations de corruption, le Premier ministre avait déclaré la guerre aux réseaux sociaux en ordonnant le blocage successif de Twitter le 20 mars et de YouTube le 27 mars pour enrayer la diffusion quotidienne sur Internet de comptes-rendus d'écoutes téléphoniques ou de réunions le mettant en cause. Prises à la veille des élections municipales du 30 mars, ces décisions ont suscité une avalanche de critiques, aussi bien en Turquie qu'à l'étranger, sur la dérive autoritaire du gouvernement islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002. Toutefois, M. Erdogan a balayé ces critiques d'un revers de main et dénoncé les « insultes » propagées contre lui sur les réseaux sociaux. Sans surprise, le Premier ministre a d'ailleurs confirmé son intérêt pour l'élection présidentielle d'août, pour la première fois au suffrage universel direct, en écartant tout changement de la règle de son parti qui lui imposera de quitter la tête du gouvernement à l'issue des législatives de 2015. S'il a jugé prématurée toute déclaration de candidature, M. Erdogan a toutefois indiqué qu'il allait en discuter avec l'actuel chef de l'État, Abdullah Gül. Le Totalitarisme "modéré" de l'AKP s'installe insidieusement et inexorablement.

  • ALOALOALO77
    ALOALOALO77     

    TURQUIE MAGNIFIQUE PAYS EN TOUT POINT

Votre réponse
Postez un commentaire