Tunisie : grève générale contre le gouvernement à Sidi Bouzid

Environ deux mille opposants au gouvernement, dominé par les islamistes, ont défilé mardi à Sidi Bouzid, berceau de la révolution de 2011. Cela à l'occasion d'une grève générale, dans cette ville où la contestation semble gagner du terrain.

Romain Zlatanovic | AFP
Le 15/08/2012 à 18:22
Mis à jour le 15/08/2012 à 20:26

Cette manifestation unitaire, regroupant l'opposition, les syndicats et représentants du patronat et de la société civile a rassemblé jusqu'à 2.000 personnes qui ont défilé vers le palais de justice, avant de se disperser dans le calme. Le porte-parole du gouvernement et ministre des Droits de l'Homme, Samir Dilou, a jugé la grève injustifiée malgré des revendications sociales légitimes.

Vague de contestation croissante

Le gouvernement est confronté à une vague de contestation croissante sur plusieurs fronts, l'opposition et la société civile dénonçant une dérive autoritaire et une tentative d'organiser une islamisation rampante de la société.

Tunis a connu lundi soir la plus grande mobilisation de détracteurs du régime depuis des mois, des milliers de personnes ayant manifesté pour la protection des droits de la femme menacés, selon l'opposition, par les islamistes.

A Sidi Bouzid, la situation ne s'est pas améliorée

Sidi Bouzid est située dans une région particulièrement pauvre et marginalisée or la situation ne s'y est guère améliorée depuis la révolution de 2011. La ville a une importance symbolique, en tant que berceau de la révolution dont le point de départ avait été la mort le 17 décembre 2010 de Mohamed Bouazizi, un vendeur ambulant qui s'était immolé par le feu pour protester contre la saisie de sa marchandise par la police.

La question du jour

Selon vous, le gouvernement Valls conduit-il une politique d’austérité?