Tirs d'Israël : pourquoi le plateau du Golan est-il stratégique ?

L'armée israélienne a riposté à la chute d'un obus syrien sur le plateau du Golan, annexé par Israël. Une région minuscule, mais stratégique militairement et qui possède des ressources agricoles.

Pierre-Antoine Durand et Julien Migaud-Muller
Le 13/11/2012 à 11:53

Golan : l'armée israélienne riposte et touche une cible syrienne


Echanges de tirs entre Israël et la Syrie sur la frontière du Golan


Depuis 48 heures, la crispation autour du plateau du Golan,touché dimanche par un obus syrien, est intense. Pour rappel, Israël a riposté dimanche par des coups de semonce, une première depuis la fin de la guerre israélo-arabe de 1973. Et lundi, l'armée israélienne a annoncé avoir touché un cible en Syrie.

A l'origine syrien, le plateau du Golan a été conquis par Israël après la Guerre des Six-Jours en 1967, puis annexé par l'Etat hébreu en 1981. C'est une zone stratégique à plusieurs points de vue.

Géographiquement, d'abord, puisque la pluviométrie y est plus abondante qu'ailleurs. "Le plateau étant incliné, Israël peut recueillir ces eaux de pluie", note le professeur de géopolitique Frédéric Encel. Ce qui lui offre de nombreuses terres agricoles et viticoles.

Atout militaire

Et puis, avec 700 mètres d'altitude, le plateau domine également la plaine du Horan en Syrie. Un atout militaire pour l'Etat hébreu.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou le sait bien, lui qui a déclaré en mai que "rester au Golan, c'est assurer à l'Etat hébreu un avantage stratégique" en cas de conflit avec la Syrie.

Toute l'actu International

La question du jour

Fruits et légumes: êtes-vous prêt à payer plus cher pour avoir plus de goût?