En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
In this file picture shows a supporter (L) of Italian writer Erri De Luca (R) holding a banner "No Tav" (Tav, means high-speed train) on January 28, 2015 outside the courthouse in Turin. Erri de Luca was sent to trial for saying an environmentally controversial train link should be "sabotaged" and plans to make freedom of expression the centre of his defence. Italian prosecutors called for Erri de Luca to be thrown behind bars for eight months and the verdict is expected on October 19, 2015
 

L'écrivain italien avait pris position avec virulence contre la ligne à grande vitesse entre Lyon et Turin. Accusé d'incitation au sabotage, il connaîtra son sort lundi.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Google-104502406820293235368
    Google-104502406820293235368     

    Bonjour.
    On ne peut que se réjouir de l'acquittement d'Erri De Luca : mais le seul fait qu'il ait été inculpé donne une idée de la gangrène réactionnaire de la haute magistrature...
    La remarque ne vaut pas seulement pour l'Italie.
    Ainsi en France il y a peu, dans l'affaire dite de Tarnac, on a pu voir le Parquet -autant dire, Taubira...- oser faire appel d'une décision abandonnant le qualificatif de terrorisme contre des faits non prouvés, et qui plus est, "prouvés" par un faux-procès-verbal.
    Autant dire que si l'on n'y prend garde la nommée Taubira (dont les attaques racistes dont elle fait l'objet ou le charabia pseudo-progressiste derrière lequel elle s'abrite ne doivent pas faire oublier qu'il s'agit d'un des ministres les plus réactionnaires de l'actuel régime) se verrait bien remplacer les FAITS, avec l'obligation de preuve qui s'y attache, par ce qui n'était jusque là que le QUALIFICATIF : ainsi on dirait qu'il y a eu "du terrorisme", comme on dirait qu'il va y avoir "du grabuge".
    Ce n'est pas bien.

Votre réponse
Postez un commentaire