En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Des manifestants face aux forces de l'ordre à Taïwanle 24 mars 2014.
 

Les manifestants s'opposent à un accord commercial avec la Chine, premier partenaire commercial de l'île.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • SirayaTW
    SirayaTW     

    Communiqué de presse 24.03.2014 par les étudiants occupant le Yuan Exécutif à Taïwan

    Dénonciation de la répression violente et sanglante de la police taïwanaise sur les étudiants pacifiques occupant le Yuan Exécutif


    Dans la nuit du 23 au 24 mars 2014 , avec une violence démesurée, des centaines de policiers ont expulsé des étudiants et des manifestants qui ont occupé le Yuan Exécutif.

    Nous dénonçons fermement que le Yuan Exécutif ait déployé la force de police anti-émeute équipée de matraques et de boucliers pour attaquer des étudiants sans armes. Plusieurs dizaines d’étudiants et de manifestants ont été grièvement blessés par cette opération d’évacuation préméditée de la police. La police anti-émeute a aussi fait venir des canons à eau et projeté des jets d'eau mélangée avec des piments directement sur les étudiants et même sur les gens à l’entour. Les médecins et les avocats qui soutiennent les manifestants sur place, ont aussi été réprimés sans pitié par la police. Selon notre enquête, des centaines d’étudiants, des manifestants et des citoyens ont été amené en toute urgence aux hôpitaux autour. Nous leur avons donné les premiers soins et un secours d’urgence, ainsi des conseils juridiques pour le risque d’être enquêtés par la police et d’être poursuivis par le procureur public. Nous sommes en train de vérifier les chiffres détaillés avec tous les grands hôpitaux de Taïpeh, et actuellement il y a au moins sept hôpitaux qui ont accueilli des victimes.

    En outre, selon notre information, avant cette opération d’évacuation, la police a débusqué en premier lieu les journalistes de presse et de média pour tenter de les empêcher de rassembler des preuves avec leur caméra, enregistreur, appareil photo ou leur smartphone. Et ensuite, ils ont enfermé plus de deux cents manifestants dans la salle du Yuan Exécutif. Nous exigeons inconditionnellement que la police n’emploie plus la violence sur des centaines de citoyens non-violents !

    Conformément à l'article 23 de la Constitution et à l'article 7 du règlement de la procédure administrative, les abus de force de la police ont largement outrepassé le principe de proportionnalité mentionné dans ces deux articles.

    Nous nous demandons sincèrement, quels crimes précis ces étudiants ont-ils commis pour que le Yuan exécutif ait besoin d'utiliser une telle violence disproportionnée pour les expulser ? Quel genre de fautes les manifestants ont-ils faites pour devoir subir de telles attaques physiques ?

    Nous continuerons à recevoir les dernières nouvelles des étudiants blessés et les situations des manifestants. Des avocats bénévoles vont faire un procès contre le Premier Ministre, JIANG Yi Hua du Yuan Exécutif, le chef de la Police Nationale, WANG Zhuo Jun, et le chef de l’hôtel de police de 1ère division de l’arrondissement Chung Chen de Taïpeh, FANG Yang Ning, pour le crime de l’agression physique volontaire, afin de rendre justice aux victimes.

    Nous accusons non seulement le gouvernement du Président Ma d’avoir dédaigné les processus démocratiques, mais aussi d’avoir employé la violence publique de l’état sur ces étudiants qui sont justement les gardiens de la démocratie taïwanaise .

Votre réponse
Postez un commentaire