En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le lourd bilan de l'attaque chimique du 21 août dernier, près de Damas, pourrait être dû à une erreur de dosage du gaz sarin, selon les services secrets allemands.
 

Selon les services de renseignement allemands, cités par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, seul le régime de Bachar al-Assad aurait les moyens de mener une attaque comme celle du 21 août. Toujours selon le BND, le bilan particulièrement important de cette attaque serait dû à une erreur de dosage.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • 7auPoint
    7auPoint     

    Syrie , attaque au gaz , se serait : " une erreur de dosage " (?) . . . Ah bon ! si c' est une erreur de dosage , inutile de " pleurer quelques centaines de morts ( ? ? ? ) ON CROIT RÊVER !

  • Claude Ensome
    Claude Ensome     

    Donc, il a bien utilisé des gaz toxiques ! Mais comme on dit outre Quiévrain, pour le dosage "quand on sait pas, on fait pas". Et il a fait !

  • Moxika
    Moxika     

    Le Plan Fer-à-cheval (en allemand : Hufeisen, en serbo-croate : potkova) est un plan qui aurait été élaboré 1,2,3,4,5,6,7,8 par la Serbie pour déporter ou exécuter la totalité de la population albanaise du Kosovo. L'existence d'un tel plan a été annoncée par le ministre allemand de la Défense, Rudolf Scharping, le 9 avril 19999. Ce plan fut utilisé comme argument pour défendre la campagne de bombardement de l'OTAN lors de la guerre du Kosovo et a été retenu à charge contre Slobodan Milošević par le TPIY.
    Le 8 février 2001, la chaîne allemande ARD diffusa un documentaire exclusif intitulé Au commencement fut le mensonge, dévoilant qu'il n'y avait jamais eu de Plan Fer-à-cheval et que c'était un faux du gouvernement allemand10. L'émission diffusa également une prise de position compromettante du porte-parole britannique de l'OTAN, Jamie Shea, à ce sujet : « Non seulement le ministre Scharping, mais aussi le chancelier Schröder et le ministre Fischer furent un exemple grandiose de leaders politiques qui ne s'alignent pas sur l'opinion publique mais savent la modeler. En dépit de fâcheux dommages collatéraux et malgré la durée des bombardements, ils ont su maintenir le cap. Si nous avions perdu le soutien de l'opinion publique allemande, nous aurions aussi perdu celui des pays partenaires.

  • erma17
    erma17     

    L’opposant Haytham Manna, responsable à l’étranger du Comité de Coordination nationale pour le changement démocratique (opposition syrienne non armée), qui s’oppose à toute intervention étrangère contre son pays dit ceci : "Je n’ai pas encore de certitude mais nos informations ne concordent pas avec celles du président Hollande. On parle de milliers de victimes, alors que nous disposons d’une liste de moins de 500 noms. On est donc dans la propagande, la guerre psychologique, et certainement pas dans la vérité. Ensuite, les armes chimiques utilisées étaient artisanales. Vous pensez vraiment que l’armée loyaliste, surmilitarisée, a besoin de cela ? Enfin, des vidéos et des photos ont été mises sur Internet avant le début des attaques. Or ce matériel sert de preuve pour les Américains !" Je rappelle qu'il s'agit pourtant d'un Syrien, farouche opposant au régime de Bachar el Assad.... Comprenne qui peut...

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    C'est une théorie, ce n'est pas la seule. Les rebelles, dont bon nombre sont d'anciens militaires syriens, sont parfaitement capable de mener une attaque chimique.

  • Godefroy de Bouillon
    Godefroy de Bouillon     

    Et en plus les Allemands !! ils s'y connaissent en Gaz !!! parole d'expert !! non mais ou vont les média Français !!!!!

  • Pat Riot Chri Tik
    Pat Riot Chri Tik     

    Le journal "Der Spiegel" est de tendance "centre gauche". Il est possible qu'il ne soit pas aussi objectif que ce que l'on peut attendre d'un grand journal d'investigation, sur un sujet comme celui- ci. En comparaison, en ce moment si on veut une vue objective des informations concernant une éventuelle intervention en Syrie comme celle voulue par le gouvernement de F. Hollande, il est préférable d'éviter de se référer aux articles de "Libération" ou "Le Point" acquis à la majorité du nouveau quinquennat. Ces révélations du journal Allemand que l'on dit, clairement anticatholique et "pro-immigration" sont à prendre avec le recul et la hauteur de vue qu'il se doit dans un pareil cas.

Votre réponse
Postez un commentaire