En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Un soldat de l'opposition syrienne le 12 septembre.
 

Pour les rebelles syriens, la proposition russe faite à Damas de placer les armes chimiques sous contrôle international ne suffit pas.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

19 opinions
  • Shawn Twain
    Shawn Twain     

    il faut voir que les occidentaux se battent pour prendre la place des russes qui defendent leur positions dans ce pays,si la russie reste l'éclatement programmé des pays pétrolifères n'aura pas lieu suivant le programme américano-israelien,si hollande voulait intervenir c'est qu'il croyait être souenu militairement par les usa et l'angleterre et pensait ainsi avoir trouvé un moyen de renflouer ses caisses,mais on a vu son retournement de veste quand ils ont annoncé leur intention de ne pas y aller,toute seule la france n'a les moyens d'aucun conflit,et ferait mieux de s'occuper de ses problèmes qui ne sont pas des moindres,hollande n'est crédible devant aucun des pays "alliés"il a fait ses preuves comme sarko en afghanistan et militairement il met à la retraite les cadres de l'armée ce qui indique clairement sa volonté d'affaiblir celle ci qui n'est objectivement plus capable de peser militairement sur aucun conflit sauf au mali ou quelque dizaines de rebelles ont pu être maîtrises par quelques milliers de soldat ,mais à nombre de soldats équivalent cà aurait été un fiasco on le voit ailleur

  • Jean Pointure
    Jean Pointure     

    il faut virer les rebelles,les egorgeurs, les eventreurs

  • Castle
    Castle     

    Je pense en effet que cette guerre est plus compliquée que cela, mais elle part sur un postulat simple, l'invasion de personnes non Syriennes et souhaitant renverser un pays qui vivait, malgré tout, en paix.

  • fifi51
    fifi51     

    Pourquoi l'armée libre syrienne refuse la proposition de POUTINE ? Est ce qu'elle se reproche de quelque chose ? Il ne faut pas oublier que les soldats de l'armée libre syrienne viennent de l'armée de ASSAD, beaucoup sont les déserteurs de chez ASSAD, ils peuvent eux aussi avoir manipuler le gaz chimique, ils peuvent eux aussi être partis avec quelques stocks de gaz chimique puisqu'ils étaient dans le secret quand ils combattaient aux côtés d'ASSAD, la guerre civile syrienne est compliquée, il faut faire très attention, personnellement je condamne les deux partis ( ASSAD et les Opposants) les deux doivent être traduits au Tribunal International dans l'avenir.
    Il ne faut pas soutenir les rebelles aveuglements.

  • SouSou
    SouSou     

    Il paraît d'après l'entourage de Hollande et Fabius, que c'est Vladimir qui a eu peur d'eux!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • SouSou
    SouSou     

    Exact ! Dans l'armée de Saladin, il y avait des chrétiens et des juifs, en ce temps là, pour eux l’Europe était peuplé de sauvage !

  • Pat Riot Chri Tik
    Pat Riot Chri Tik     

    Ces rebelles ont une drôle de réaction. Pourquoi rejeter avec tant de véhémence,cette proposition tout à fait raisonnable des Russes. On leur propose de mettre sous-clé les armes chimiques qui auraient tuées 1400 personnes dont 400 enfants (selon les USA). Des armes, utilisées par al-Assad (toujours selon les USA) contre le peuple Syriens dont théoriquement les rebelles sont issus et ou aucun islamistes, jihadistes et aucun étrangers ne viennent grossir les rangs (là encore selon les USA) Et eux ,les gentils rebelles,sauveur du peuple opprimés et au dessus de tout soupçon de manipulation d'armes chimiques (Et oui...les USA), ils refusent la proposition qui arrangerait tout le monde (sauf eux). Qu'est ce que ça sous-entends ? La volonté de détruire totalement le pays en le laissant en ruine? La peur de ne plus avoir accès aux stocks d'armes chimiques? Le risque de voir s'éloigner une ingérence des occidentaux et par là, la montée en puissance d'un possible Jihad international ? Tout ceci est de mauvaise augure et d'une situation avec proposition claire, nette et constructive, on tombe dans un dédale de conditions et de contradictions des plus contre- productives. On se demande qui, veux gagner le plus de temps dans cet imbroglio.

  • ColibRIC41AC
    ColibRIC41AC     

    La doctrine de remodelage du Grand Moyen-Orient :
    - Dès 1957, le Premier ministre israélien évoquait l’idée de dépecer le Liban sur des bases confessionnelles. Dans article publié, en février 1982, par la revue de l’Organisation sioniste mondiale Kivunim (Directions), sous le titre « Une stratégie pour Israël dans la décennie 1980 », un journaliste israélien qui avait travaillé pour le ministère israélien des Affaires étrangères, exposait que la stratégie d’Israël devait consister à favoriser l’éclatement des pays arabes sur des bases confessionnelles ou ethniques. Il soutenait que le plan de décomposition du Liban en petits cantons confessionnels, à laquelle les israéliens travaillaient depuis la fin des années 60 avec la complicité de certains extrémistes maronites, devait être appliquée à tout le monde arabe, notamment à l’Irak (trois Etats sunnite, kurde et chiite), à la Syrie (trois Etats alaouite, druze, sunnite), à la Jordanie (une partie pour les bédouins et l’autre pour les Palestiens) et à l’Arabie saoudite qui devait être amputée de ses provinces pétrolières et ramenée à une mosaïque tribale.[..]
    - La théorie bien connue avancée, depuis longtemps, par les stratèges israéliens a été tout simplement reprise et actualisée par les cercles néoconservateurs qui inspirent la diplomatie de l’administration Bush. Le projet de remodeler le Proche-Orient par une politique de « chaos constructeur » fut conçu dans les années 1990 puis exposé par George Bush II lors d’un discours prononcé le 26 février 2003, quelques jours avant l’agression des Etats-Unis contre l’Irak. Connue sous le nom de l’ « Initiative de Grand Moyen-Orient » (Greater Middle East Initiative), cette doctrine vise au remodelage d’un prétendu Grand Moyen-Orient regroupant un vaste ensemble d’Etats du Maroc à la frontière chinoise, avec les pays arabes, Israël, la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan et le Pakistan.[..]
    - De fait, ce nouveau « Grand Moyen-Orient » conçu sur des découpages confessionnels, nationaux et ethniques très arbitraires ne serait pas plus sûr que l’actuel. Au contraire, il deviendrait une véritable poudrière. Mais cela ne semble pas perturber Ralph Peters qui déclarait dans une conférence prononcée en 1997 : « Le rôle imparti de facto aux forces des États-Unis consistera \[dans le futur] à tenir le monde pour la sauvegarde de notre économie et ouvert à notre assaut culturel. À ces fins, nous devrons commettre un bon paquet de massacres ». Peters est également l’auteur d’une autre formule lapidaire qui résume bien l’idéologie des néoconservateurs : « Gagner signifie tuer » (Armed Forces Journal, septembre 2006).
    - Selon le chercheur Pierre Hillard ( voir Balkans Infos, septembre 2006), « les propositions de Ralph Peters et les appels lancés à un changement radical des frontières du Moyen-Orient ne sont évidemment pas le résultat des réflexions d’un seul homme soucieux d’occuper son temps. De nombreuses études ont été lancées au sein des instances militaires américaines comme dans de nombreux think tanks appelant à revoir les limites frontalières de ces Etats ». A cet égard, il est notable que Ralph Peters est membres du Project for the New American Century, un think tank (groupe de réflexion) néoconservateur et pro-israélien présidé par William Kristol, dont l'objectif est la promotion de la domination mondiale américaine et qui rassemble les principaux dirigeants de l’administration Bush : Dick Cheney, vice-Président des Etats-Unis, Donald Rumsfeld, secrétaire à la défense, Elliot Abrams, émissaire de la Maison Blanche pour le Proche-Orient, Lewis Libby, un proche de Benyamin Netanyahou, et Paul Wolfowitz, actuel directeur de la banque mondiale qui a été la cheville ouvrière de l’agression et de l’occupation de l’Irak. 10/2006 bit.ly/19bcwQx

  • Toa Thien
    Toa Thien     

    Arigatô ! j'allais le dire !!! "allons, c'est un cas extrême"

  • Toa Thien
    Toa Thien     

    Effectivement, c'est de "bonne" guerre, car si les stocks de Bachar sont mis sous clef et que par le plus grand des hasards....des gaz sont de nouveau employés, il ne sera plus possible d'avoir le moindre doute sur la "qualité" de l'utilisateur ...CQFD "allons, c'est un cas extrême"

Lire la suite des opinions (19)

Votre réponse
Postez un commentaire