En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Colibrick
    Colibrick     

    Décidément, les projets de remodelage des pays d’Afrique du Nord et du Proche et Moyen-Orient fleurissent avec constance au sein des centres de recherche §-anglo-saxons.§
    Le point de départ de ces remaniements peut être situé § avec les « accords Sykes-Picot » [1916] § Dans la foulée de ces accords, la publication de la « Déclaration Balfour » [1917], fut une étape supplémentaire.§
    La mainmise sur la péninsule Arabique par les États-Unis [suite au « Pacte de Quincy » - 1945], suivie de la création de l’État d’Israël [1948], ouvre un nouveau chapitre §.
    Les guerres opposant l’État d’Israël § au monde musulman conduisent à l’élaboration de nouveaux concepts comme celui du « choc des civilisations » [balkanisation du monde musulman (« l’arc de crise »), élaboré par Bernard Lewis en liaison avec Zbigniew Brzeziński], projet présenté par la revue Time [1979].
    § nous retrouvons une politique de démantèlement des pays arabes dans le rapport d’Oded Yinon [1982] [dans] le rapport de Richard Perle [1996] (« A Clean Break ») et les travaux du lieutenant-colonel Ralph Peters [2006] §.
    § nous pouvons relever la dernière mouture parue dans le New York Times, le 29 septembre 2013, sous la plume de Robin Wright §. [Reprenant les travaux de ses prédécesseurs il balkanise à tout va] en fonction des critères religieux (sunnites, chiites, druzes, alaouites…) et ethniques selon des critères politiques fédéralistes.§ P. Hillard

  • grognon
    grognon     

    la France comme l'occident a cru à la chute d'Assad (et surtout à manœuvrer en coulisse pour le faire tomber, elle a poussé à la rébellion et l'a même armée), et bien non, la Russie en a décidé autrement .... Hollande et Fabius peuvent dire tout ce qu'ils veulent, en Syrie, c'est plus eux qui décident.

  • C J P
    C J P     

    Les occidentaux préfèrent la guerre de la communication à la guerre elle-même. C’est entendu, les bombes russes ne tuent que des civils et leurs cibles sont les glorieux résistants de « l’Armée Syrienne Libre », armés et formés par les Américains. Peu présents sur le terrain, ayant tendance à s’évanouir avec armes et bagages dans les groupes djihadistes, les voilà soudain plus réels lorsqu’ils deviennent les victimes de l’intervention russe. Que celle-ci ait lieu à la demande de l’Etat syrien quand la coalition internationale arme ses opposants et viole en permanence son espace aérien sans aucun mandat pour faire semblant de ne s’attaquer qu’à l’Etat islamique est ignoré par la bonne conscience occidentale. Elle a décidé ce que voulait le peuple syrien, ce qu’il était, et quel devait être son avenir.

  • caneton 01
    caneton 01     

    La girouette va toujours dans le sens du vent. Fabuis, M. veste muti-reversible n'a pas changé d'opinion en regard de ses convictions. Mais devant le tollé, seulement en prévision d'une moindre déculottée aux prochaines élections.

Votre réponse
Postez un commentaire