En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le pays, en guerre depuis mars 2011, est devenu une zone de non-droit pour les journalistes.
 

Coup de gueule contre une guerre sans fin. En Syrie, dans le huis clos du conflit, la bataille pour le pouvoir se poursuit. Une guerre que les journalistes ne peuvent raconter: aucune image ne peut être tournée sur place.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • karnac
    karnac     

    Sam mars , bien entendu ! même au quatrième degré , comme notre humoriste bâillonné par la censure , Dieudonné !

  • sam mars
    sam mars     

    KARNAC faut le prendre au second degré j'espère votre commentaire?

  • karnac
    karnac     

    Et dire que si on avait écouté BHL et Hollande , nos reporters pourraient nous envoyer aujourd'hui de belles images sanguinolentes à souhait , au journal de 20 heures pendant le repas ! Quel gâchis .......

  • cp1327
    cp1327     

    ''Les seules images qui parviennent du pays à la presse proviennent principalement du pouvoir.''
    On croirait qu'ils parlent de la France et des médias Français, tous financés par le gouvernement. Sauf bien sur ceux qui ne sont pas dans la ligne imposée.
    Alors les infos arrangés, détournés, servant de propagande, si elles ne
    nous arrivent pas, ce n'est pas plus mal. À bon entendeur!

  • choppaul
    choppaul     

    Pas besoin d'images, une guerre civile est ce qu'il y a de pire, par définition. Sans parler du nazisme évidement.

Votre réponse
Postez un commentaire