En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Des Syriens se réunissent au sud de la capitale Damas, sur le lieu d'une série d'attaques, le 21 février 2016.
 

Une double attaque à la voiture piégée a d'abord frappé Homs, faisant 59 morts selon l'OSDH. Quelques heures plus tard, un double attentat suicide au sud de Damas a fait plus de 80 morts. Les deux attaques ont été revendiquées par Daesh.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • 05 2017 !
    05 2017 !     

    Propagande Médiatique.
    L’OSDH a été crée en 2006 par l’énigmatique Rami Abdulrahman (aussi appelé Abdurrahman, mais son vrai nom est Ossama Suleiman) ; il est le directeur et employé de ce groupe comptant un unique membre, et même le New York Times l’a admis en 2013 dans un article où il est dit que l’OSDH est virtuellement un groupe d’une personne.
    Il se repose apparemment sur quatre inconnus résidant en Syrie travaillant eux-mêmes avec 200 informateurs tout aussi inconnus.
    Visiblement, le problème majeur avec ces informateurs inconnus est leur anonymat, ce qui veut dire que les médias n’ont absolument aucune idée de qui ils sont, voir même s’ils existent.
    Sont-ils des membres actifs d’EI ou d’Al Nusra ? Travaillent-ils pour le MI6 ou la CIA ? Ou alors c’est son petit doigt qui lui fait cadeau d’informations ? Bref, aucun moyen de vérifier si les informateurs d’Abdulrahman sont authentiques, fiables ou objectifs.
    De plus, Abdulrahman n’est lui même pas impartial car il est fermement opposé au gouvernement syrien.
    Il a dit à Reuters en 2012 qu’il ne retournerait en Syrie que quand Assad sera parti.
    (Il faut aussi remarquer que lorsqu’il vivait encore en Syrie, Abdulrahman est présumé avoir passé trois brefs séjours en prison pour ce que Reuters a dénommé de l’activisme pro-démocratie.)
    En 2011, CNN a monté la rencontre entre l’ancien ministre des Affaires étrangères britannique, William Hague, et Abdulrahman en tant que représentant de l’opposition syrienne, à Londres ou ils ont été pris en photo devant le ministère.
    L’OSDH a visiblement un objectif politique et on ne devrait donc pas compter sur lui pour faire des rapports impartiaux sur la situation en Syrie.
    Ensuite, Abdulrahman a quitté la Syrie en 2000 et vit depuis à Coventry en Angleterre.
    On pourrait penser que l’OSDH est basée en Syrie, vu que l’organisation est supposée observer la situation seulement en Syrie.

Votre réponse
Postez un commentaire