En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Colibrick
    Colibrick     

    La Turquie arrête les procureurs qui enquêtaient sur Émirat islamique.
    Quatre anciens procureurs et un ancien officier supérieur ont été arrêtés et sont détenus en Turquie, accusés d’espionnage.
    L’ancien procureur Suleyman Bagriyanik (photo) et ses anciens adjoints Ozcan Sisman, Aziz Takci et Ahmet Karaca, avaient tenté de stopper, le 19 janvier 2015, un convoi de camions bâchés supposés contenir des armes à destination de l’Émirat islamique. Cependant, l’ancien colonel de gendarmerie Ozkan Cokay en avait été empêché par les responsables du convoi, tous membres du MIT (les services secrets).
    17 soldats qui participaient au transfert sont toujours emprisonnés.
    Les procureurs et le colonel ont été relevés de leurs fonctions par le président Erdoğan.
    L’affaire, qui à l’époque avait fait grand bruit, n’est plus traitée par la presse turque en vertu d’une décision discrétionnaire de la censure militaire.
    Prenant son interpellation avec hauteur, le procureur Sisman a souligné qu’il n’avait pas été informé en faveur de quel État il était accusé d’espionnage. Il a affirmé être poursuivi uniquement pour ne pas s’être couché devant le ministre qui lui avait ordonné de fermer les yeux sur le convoi. C’est un crime d’arrêter ainsi des procureurs et un officier et ceux qui l’ont commis devront rendre des comptes, a-t-il poursuivi.
    La Turquie ne reconnaît pas avoir soutenu ou soutenir l’Émirat islamique. 08/05/15 Vltr

  • Grincheux
    Grincheux     

    moi j'y comprends plus rien dans cette guerre, qui sont les bons et les méchants ?

Votre réponse
Postez un commentaire