En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

"Sauvons Kobané": des milliers de manifestants en France en signe de solidarité

Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • spid
    spid     

    ils pourrait aller aider leurs compatriotes la bas,au lieu de boucher nos rues,ils serait plus utiles,ah c et vrai ,ils sont invites par le gvt français,et y as pas de RSA chez eux

  • snatch
    snatch     

    Allez jouer votre solidarité ailleurs.....on a d'autres chats à fouetter ici en France......

  • al Azar
    al Azar     

    Evoquant, ce jour au cimetière de Verano (le plus grand de Rome) l'hiver qui arrive, le pape argentin a dénoncé les épreuves qui attendent les diverses populations dans les zones de conflit.
    "La froid s'installe maintenant : ces pauvres qui doivent fuir leurs maisons, leurs villages, pour se réfugier dans le désert, pour sauver leurs vies, et vivent dans des tentes, ont froid et faim et n'ont pas de médicaments", a-t-il déploré.
    "Ils semble que ces personnes, ces enfants malades et affamés, ne comptent pas, qu'ils appartiennent à une autre race, qu'ils ne sont pas des humains", a poursuivi le pape François, demandant en ce jour de la Toussaint à tous les fidèles "de penser à ces saints méconnus".

  • al Azar
    al Azar     

    Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu avait prévenu que "les rassemblements pacifiques seraient autorisés" mais que si celles-ci dégénéraient "le nécessaire sera fait", en allusion à une intervention musclée des forces de l'ordre pour prévenir tout acte de violence.
    Début octobre 31 personnes sont MORTES, selon un bilan officiel, dans des émeutes pro-kurdes qui ont agité la Turquie, poussant le gouvernement islamo-conservateur turc à vouloir renforcer son arsenal législatif pour réprimer les violences lors des manifestations.
    Les manifestants avaient reproché à la Turquie de ne pas venir en aide militairement pour Kobané pris en étau depuis la mi-septembre.
    Après deux jours d'attente en Turquie, un groupe de 150 peshmergas (combattants kurde d'Irak) équipés d'armes lourdes, sont entrés vendredi soir depuis la Turquie dans la ville, symbole de la résistance contre l'EI.

  • al Azar
    al Azar     

    Des milliers de Kurdes ont manifesté samedi à travers la Turquie en signe de soutien avec les combattants kurdes défendant la ville syrienne de Kobané assiégée par les jihadistes de l'organisation Etat islamique (EI), ont rapporté les médias et une journaliste de l'AFP.
    Les manifestations organisées à l'appel du principal parti pro-kurde, le Parti démocratique du peuple (HDP), se sont déroulées dans plusieurs villes de Turquie.
    Le plus grand rassemblement a eu lieu à Diyarbakir, la "capitale" de la zone kurde de Turquie (sud-est) où 15.000 personnes ont participé à une marche pacifique et se sont dispersées dans le calme, a indiqué l'agence de presse Dogan.
    A Istanbul un millier de manifestants dont des politiques kurdes ont manifesté dans le centre-ville, près de l'emblématique place de Taksim.
    Les manifestants qui arboraient de nombreuses photos du chef rebelle kurde de Turquie emprisonné, Abdullah Ocalan, et chantant des mélodies à sa gloire, ont avancé sur la rue piétonne d'Istiklal sous une importante escorte policière.

  • Raimu 30
    Raimu 30     

    Ceux qui veulent en découdre avec les Djihadistes pour sauver KIBANI , n'ont qu'à partir aider les Kurdes sur place en Irak. Les défilés bien au chaud à Marseille ou à Paris n'avancent à rien du tout.

  • Raimu 30
    Raimu 30     

    Les manifs en France, bien au chaud , et protégés par la Police, c'est un peu facile. Que ceux qui sont jeunes et qui veulent en découdre avec les Djihadistes irakiens, se portent volontaires et partent se battre aux cotés des Kurdes. Les cris de fous dans les rues de Marseille ne mènent à rien du tout !

Votre réponse
Postez un commentaire