En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
La leader du parti indépendantiste, Nicola Sturgeon, s'est félicité vendredi des résultats de son parti.
 

Pressentie par les sondeurs, la victoire des indépendantistes en Ecosse s'est transformée en véritable raz-de-marée, avec 56 sièges sur 59.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Google-107684977021557619095
    Google-107684977021557619095     

    C'est donc un tremblement de terre pour l'Union Européenne.
    1 / la technocratie européenne (faite par l'Union Européenne des États) sera enfin obligée de reconnaître que les Écossais sont pro-européens (Union Européenne), alors que
    2 / les Anglais sont anti-européens, un solidarité européenne minimale, et non pas le projet vieux de l'AELE version City.
    Et les diplomaties européennes sont devoir aussi faire leur ajournamiento avec le pouvoir londonien, il est un danger pour le continent européen. Et donc, aussi voir que la diplomatie espagnoliste, post-franquiste, PP pour tout dire mais aussi Ciutadanos o Vox, les trompe sur le sujet des indépendantistes catalans, similaires à l'indépendantisme écossais.
    C'est donc bien un tremblement de terre, que les rédactions parisiennes ne semblent pas bien comprendre.

  • valgego
    valgego     

    Pas étonnant que Cameron veuille faire un référendum de sortie de l'Europe des assistés , s'il y reste , il perd l' Ecosse , pour renflouer l'acatium grec . Une fois de plus , la reine arbitrera .

    Inivité
    Inivité      (réponse à valgego)

    Absolument pas, les écossais souhaitent aux contraires un renforcement des prestations sociales et de leurs services publiques, et à l'inverse de vos propos ils souhaitent un renforcement de leurs intégrations dans l'UE, c'est pour cela que la question de quitter le RU se pose actuellement. Les cas Grecs et l'Europe des assistés ( dont le RU garde les avantages et se désiste des inconvénients depuis des années !! ) n'entre à aucun moment en ligne de compte !!

Votre réponse
Postez un commentaire