Rio+20 : grande déception des militants pour la planète

Pays riches et pauvres se sont accordés samedi à Rio sur une série de promesses pour guérir les plaies de la planète. Le sommet de l'ONU sur le développement durable a ainsi adopté une déclaration finale qui ouvre la voie à une croissance verte de la planète, plus écologique et sociale, mais sans engagements précis. Pour les militants, la déception est grande.

Ani Basar
Le 23/06/2012 à 18:34
Mis à jour le 23/06/2012 à 18:37

Le sommet Rio+20 s’est achevé vendredi sur une série de promesses pour la planète.  Une cérémonie de clôture a mis fin à des mois de discussions et de négociations.

188 pays se sont engagés à promouvoir ce qu’ils appellent « une économie verte » en adoptant un texte de 53 pages.

Mais, les militants, qui attendaient plus de ce sommet, sont déçus. Ils dénoncent l’échec du sommet et le manque d’ambition de Rio+20. En cause, l’absence d’objectifs contraignants mais aussi l’absence de nombreux chefs d’Etats et de gouvernements « plus préoccupés à résoudre leurs crises économiques qu’à  trouver des solutions aux problèmes sociaux, écologiques et climatiques »

Les spécialistes eux, soulignent l’esprit de souveraineté qui ressort du texte final. Une autre faille qui suscite des interrogations sur l’intérêt de ce genre de sommet.

Aussi, à cause de la situation de crise, aucune décision n’a été prise sur le financement. La proposition des pays en développement d’un fonds de 30 milliards de dollars est donc restée lettre morte.

Toute l'actu International

La question du jour

Faut-il permettre l'ouverture de tous les magasins le dimanche?