En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le rapport d'enquête sur le rio-paris met en cause l'équipage
 

PARIS (Reuters) - La formation des pilotes du vol Air France Rio-Paris et la manière dont ils ont réagi aux circonstances de vol sont mises en cause...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • ZEF-029
    ZEF-029     

    Le commandant de bord est le principal responsable, n'en déplaise au SNPL dirigé par des pilotes AF!
    Ce CDB a tout c'est simplement jeté dans la gueule du loup. En dirigeant le seul avion en vol dans cette zone très fréquentée dans une énorme zone de turbulence, il a commis l'erreur fatale. Cette zone de turbulence avait bien été détectée par le radar météo. C'est cette manœuvre qui a eu pour conséquence le givrage des sondes pitots. Il a avertit les deux copilotes du problème de turbulences, puis est partit se coucher!
    C'est une honte, cet homme incompétent est indéfendable! Pensez-vous aux familles des victimes?

  • Gerbelle
    Gerbelle     

    Ben voyons!Mais qui a pû se figurer que les pilotes ne seraient pas responsables.Surtout que là où ils sont maintenant,ils ne viendront pas dire le contraire!

  • passengers.
    passengers.     

    des que les commandes deconnent on comprend pourquoi la justice ne veut pas publier integralite des conversations des pilotes pendant l'accident

  • smartiz
    smartiz     

    il faut croire que les pilotes actuels passent leurs qualifs, sur FSX! ce serait risible, si ils n'y avaient pas tous ces morts( dont l'equipage)reflechissez un peu, tout le monde est gagnant a accuser les pilotes! ils sont morts, donc, ils ne risquent pas se defendre et par la meme occasion les assureurs vont moins rembourser! AIRBUS et l'avionique française sortent blanchis, donc le business peut continuer tranquille et cerise sur le gateau, personne est responsable! les grands perdants, sont, les familles, et la morale. mais on sait depuis longtemps que morale et affairesne vont pas ensembles.

  • miro
    miro     

    Bien sur l'équipage est responsable à 100%. Quant on apprend à piloter, une des premières manoeuvres de sécurité étudiée est de ratrapper un décrochage et quant on est bien formé, cela doit être une seconde nature. D'autre part, lorsque les sondes pitots sont givrées ou bouchées par un corps étranger (insecte), la vitesse indiquée est modifiée d'une façon importante qui ne peut succiter chez un vrai pilote le doute sur le fonctionnement de ses instrument. Il est à noter que sur un avion moderne, les équipements de navigation comporte 2 GPS qui fonctionnent indépendament des sondes pitots. A noter aussi qu'un avion de ligne met approximativement 4 à 6 minutes pour monter de 33000 à 37000 pieds avec une pente de montée de 8 à 10° maximum. A noter aissi qu'à AIR FRANCE, il n'y a pas que les meilleurs pilotes du monde: il y a aussi des "tocards". A méditer

  • piouf-piouf
    piouf-piouf     

    Après le crash, on avait expliqué à nous pauvres observateurs et aux malheureuses familles de victimes, qu'une course contre la montre était engagée pour retrouver les boites noires. Pendant 1 mois, elles émettraient un signal, passé ce délai la pronfondeur rendrait impossible la récupération.
    Mais près de 2 ans plus tard, un miracle, elles furent retrouvées en parfait état ! Un vrai happy end...enfin presque, le personnel d'équipage et les passagers sont toujours morts.
    Enfin maintenant on est fixé, les pilotes sont des cancres qui n'ont pas su s'orienter en pleine nuit et dans le brouillard avec comme seul repère un tableau de bord qui ressemblait au plus beau sapin de noël depuis l'invention des guirlandes électriques ! Vraiment aucune raison de s'attarder sur les pannes...

  • JOSS22
    JOSS22     

    Depuis que l'on sait que l'avion s'est crashé à plat, il est évident que les jeunes copilotes, devant la foultitude d'alarmes et de voix synthétiques qui se succédaient, ont cru immédiatement à une panne gravissime, voire fatale, ce qui les a complètement paniqués et tétanisés, jusqu'à leur faire oublier qu'il suffisait simplement de se fier à l'horizon artificiel (lui était en état de marche) pour se sortir en 3 secondes de cette situation bénigne mais peu banale, due à de simples et minuscules bouchons de glace dans les pitots... C'est le revers de la médaille de ces avions sophistiqués auxquels on fait une confiance aveugle, dès qu'une alarme se manifeste, les jeunes générations de pilotes informaticiens, n'ayant jamais bourlingué comme jadis sur des vieux zincs à problèmes, sont désormais dépourvu de cette maitrise des situations stressantes, et ce n'est pas un simulateur avec des pannes auxquelles on s'attend, qui peut le compenser...

  • mecdedroite.
    mecdedroite.     

    rien d'étonnant, beaucoup de crash aériens sont dus a cette erreur. maintenant le BEA serait aussi malin que la FAA, ils se rendraient compte que souvent cette erreur est provoquée par la fatigue engendré par les rotation des pilotes. et que ces pilotes méritent peut être plus de temps de repos avec, bien sur, une baisse de revenus à la clé mais d'avantage de sécurité pour les passagers.

  • river
    river     

    trop facile de mettre les pilotes en cause ...C'est les assureurs qui doivent se frotter les mains.....

  • mustang971
    mustang971     

    la corporation des pilotes, défendue par la Direction d Air France, n'acceptera jamais de reconnaître la responsabilité des pilotes dans cet accident. Tout sera bon pour renvoyer la balle dans le camp d Airbus (alarme de décrochage inopérante), ou du constructeur des sondes Pitot.
    La race des seigneurs est infaillible, qu'on se le dise une bonne fois pour toutes !

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire