En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Quatre hommes, cinq semaines, pour savoir que faire de l'europe
 

par Jan Strupczewski BRUXELLES (Reuters) - Les dirigeants de l'Union européenne ont accordé à leurs quatre principaux représentants un peu plus...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • racarm
    racarm     

    intégration,un mot bien à la mode dont l'utilisation que l'on a voulu en faire montre bien qu'on ne peut mélanger les peuples ou les nations aussi facilement. nous avons accepté dans l'Union des membres très très différents et par leur mode de vie ,et par leur niveau économique. Et ceci sans règles communes.
    maintenant on nous propose de faire du "social" en aidant les plus démunis .

  • Lobservateurlyonnais
    Lobservateurlyonnais     

    Mitterrand aimait à rappeler que quand il était jeune il passait beaucoup de temps à observer les cartes géographiques… sans doute l’origine d’un sens aigu du destin des peuples chez lui apparemment complètement absent chez un Chirac ou un Sarkozy. Pour qu’un empire dure -mais l’histoire montre qu’ils ont toujours fini par se déliter- il faut au minimum une cohérence géographique. Les deux plus grands empires ont été l’Empire romain dont l’unité géographique s’est constitué autour de la Méditerranée (lien d’eau) et l’empire et l’Empire Carolingien sous Charlemagne centré autour de la France (lien de terre). Les autres empires n’ont pas duré ; ils étaient plus le fruit de conquêtes prédatrices que de conquêtes civilisatrices. Les premiers constructeurs de l’Europe actuelle ont été des sages, des lents. De Gaulle n’a pas hésité à pratiquer la politique de la chaise vide quand il jugeait que ça n’allait pas dans le bon sens. La monnaie unique était un défi difficile puisqu’il n’est pas d’exemple de monnaie commune sans gouvernance commune. Si on regarde une carte on voit que l’entrée de la Grèce (Détachée à l’Est) dans l’Europe n’est pas une évidence. Quant à son entrée dans la zone euro elle était un défi suicidaire en tout cas prématuré. Humainement, géographique, économiquement, politiquement, quelles convergences entre les Allemands et les Grecs ? Au train où ça va on peut même s’inquiéter sur le retour de vieux démons qui ont déchiré notre continent tout au long de l’histoire… Quels lointains projets nourrit cette Mme Merkel originaire de l’Allemagne de l’Est humiliée pendant des décennies ? Qu’est-ce qui se mijote de plus profond, de plus obscur derrière ces problèmes de dettes ?... On a besoin d’hommes éclairés… Qui sera le Zeus contemporain de la légendaire Europa ?...

  • locomotive
    locomotive     

    Un homme une minute MOI l europe ne jamais plus en entendre parlé la dissoudre et revenir comme avant se maudit euro

  • LE ZORRO DU 83
    LE ZORRO DU 83     

    JE RIGOLE SEC L OEUVRE DE MITERAND MERCI CEST LUI QUI A FAIT RENTRER LA GRECE DANS L EUROPE EN SACHANT QUELLE TRICHAIT QUEL SUR HOMME VU LA MERDE DANS LAQUELLE IL NOUS A MIS

  • Lespetitshommesd'état
    Lespetitshommesd'état     

    ont amené l'Europe au bord du gouffre. Ils ont été incapables de poursuivre l'oeuvre de Mitterrand, de créer les instances supranationales qui auraient évité toutes les perversions du libéralisme et du monétarisme incontrôlés.

  • jrubio
    jrubio     

    on ne peux obliger les pays à faire des réformes donc on leur rends leur liberté et ils laissent l'euro c'est simple ...
    en réalité l'euro exige un alignement des fiscalités des systèmes sociaux etc ...des économies ce qui ne peux se faire sans l'accord des peuples ...les référendums sur l’Europe ont été de gros échecs faut il le rappeler ....l'Europe s'est faite contre la volonté des peuples

Votre réponse
Postez un commentaire