Comment protéger les expatriés français dans les zones à risque?

Les ressortissants français vivant au nord du Cameroun sont appelés à quitter la zone au plus vite, après l’enlèvement d’une famille de sept Français mardi. Cibles tentantes pour les preneurs d’otages, les expatriés doivent depuis quelques années redoubler de prudence.

Thomas Paulmyer | Thimotée le Blanc et Elsa Jirou
Le 20/02/2013 à 19:05
Mis à jour le 20/02/2013 à 19:07

L'enlèvement d'une famille de sept Français dans le nord du Cameroun a mis en lumière la question de la protection des ressortissants dans les pays à risques.

On dénombre environ 6.200 ressortissants français vivant au Cameroun, et ces dernières années, le vol et le kidnapping sont devenus un véritable business dans la zone. Alors, pour ces expatriés, plusieurs règles de bon sens sont à respecter, notamment ne pas se promener avec des bijoux ou des montres et éviter de sortir la nuit.

"Dans ces pays, 80% des problèmes d’agressions sont issues de faute de comportement", explique Frédéric Gallois, directeur de Galice Security et ex-patron du GIGN. "Il faut être le plus discret possible et faire attention aux habitudes".

Tout expatrié ainsi que sa famille, si elle vit avec lui, est censé recevoir des consignes de sécurité de la part de son entreprise. Une sécurité qui est présente dans la vie de tous les jours, chez soi ou en déplacement.

"Sécuriser les logements et les parcours"

Pour Jean-Pierre Pont, auteur du Guide des Français à l'étranger, il convient avant tout de sécuriser les logements et les déplacements. "Il faut des logements protégés, comme des groupements de maison", insiste-t-il. "Les parcours des enfants à l’école doivent également être sécurisés".

Enfin, un réflex est indispensable : se tenir informé de la situation sécuritaire dans la région, via son entreprise, les ambassades de France et le site du ministère des Affaires étrangères. Des recommandations pour chaque pays y sont régulièrement mises en ligne.

Depuis le kidnapping, il est d’ailleurs vivement conseillé aux Français de quitter le nord du Cameroun.

La question du jour

Soupçonné de conflit d'intérêts, Aquilino Morelle devait-il démissionner?