En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Oscar Pistorius lors de l'audience de ce mardi 25 mars devant le tribunal de Pretoria, en Afrique du Sud.
 

Que veut démontrer Pistorius en témoignant au procès pour homicide de son ex-petite amie Reeva Steenkamp? Sa stratégie est-elle pertinente? Comment fonctionne la justice sud-africaine? Décryptage d'un procès au retentissement médiatique hors normes.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • HeyBaal
    HeyBaal     

    @quidambof ah parce qu'avoir un peu de bon sens et d'objectivité est à ce point rare que ça fait de moi un "avocat général" ? Vous savez au moins ce que c'est un avocat général ? ;)

  • quidambof
    quidambof     

    heybaal avocat général ????

  • quidambof
    quidambof     

    on doit le croire ???

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Pistorius est un handicapé célèbre et riche. C'est la proie de choix pour tous les junkies violents du quartier. En Afrique du sud c'est pas plus des bisounours qu'en France. Partir du principe que tirer à travers une porte c'est forcément un acte criminel ça me fait un peu penser à certains juges qui estiment qu'il faut, dans le feu de l'action tirer dans la main, une seule balle, pour neutraliser son agresseur. Ou alors aller farfouiller dans sa maison pour trouver un équipement de sécurité plus adapté à la menace telle qu'elle est étudiée plusieurs mois après, en faisant "pouce" pour que l'agresseur attende. Quand il y a une agression on ne peut pas reprocher à l'agressé de faire le nécessaire pour maximiser ses chances de réussite (et donc de survie). On ne peut pas exiger des garanties et des résultats. Moralement ça me fait ni chaud ni froid de savoir qu'un type a tiré sur un danger estimé au moment où il baissait son arme ou que son attention était reportée ailleurs, voir même s'il avait le dos tourné. Peut être parce que mon approche de la défense se base sur la préservation réelle de la vie de l'agressé (toujours tricher toujours gagner) et pas des films de cowboys où le fair play est la règle. Là où ça pèche ici c'est pas de savoir si Pistorius correspond à un cas d'école (et qu'à défaut il doit finir ses jours en taule) mais s'il était dans un contexte acceptable au regard de la situation, de la menace perçue et des moyens employés. Après bien sûr, si il ment pour cacher le fait qu'il est descendu sa copine en toute connaissance de cause, c'est totalement différent. Mais j'ai pas l'impression qu'à cette heure on ait plus la preuve de l'un que la preuve de l'autre.

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Le job de l'avocat de la défense est de faire peser le doute sur la véracité des témoignages. Non pas que les témoins soient fondamentalement mauvais mais qu'ils ont pu être influencés. Le job du procureur n'est pas de faire peser le doute sur l'accuser mais prouver qu'il est coupable. C'est ce qu'on appelle "la charge de la preuve". Alors je vois mal en quoi le zèle et l'agressivité de l'avocat qui fait son travail vous choque moins que le zèle et l'agressivité du procureur qui ne le fait pas.

  • a son pepere
    a son pepere     

    Pistorius c'est comme le chasseur ! ya le mauvais et le bon ! le mauvais il entend un bruit ... il tire ! le bon lui, il entend un bruit ... il tire ! mais c'est un bon ! (les inconnus). Bref il a entendu un bruit et a tiré, sa fait de lui un criminel, qui que se soit derrière cette porte !

Votre réponse
Postez un commentaire