Prise d'otages en Algérie : le bilan pourrait s'alourdir

Conclusion sanglante de cette prise d’otages qui a duré quatre jours : 25 corps d'otages retrouvés et 5 assaillants arrêtés dimanche. Ce bilan pourrait s’alourdir encore.

Igor Sahiri
Le 21/01/2013 à 7:37
Mis à jour le 21/01/2013 à 10:03

7 jours BFM - Prise d'otage en Algérie, le scénario de l'assaut - 19/01


Assaut final en Algérie : un massacre inévitable ? 20/01


Algérie : peut-être des "complicités intérieures" 20/01


Vingt-cinq corps d'otages ont été retrouvés et cinq assaillants arrêtés dimanche, au lendemain d'une prise d'otages de quatre jours sur un site gazier algérien. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, devrait annoncer lundi en début d'après-midi, lors d'une conférence de presse, un bilan officiel de cette attaque.

Des terroristes provenant aussi d'Europe

Dans les dernières heures de l’assaut final, onze djihadistes auraient tué leurs sept derniers otages étrangers, avant d’être eux-mêmes abattus par l’armée algérienne.

Trente-deux preneurs d’otages en tout ont trouvé la mort, cinq auraient été arrêtés tandis que trois autres auraient pris la fuite.

Selon le le chef jihadiste à l’origine de ce commando meurtrier, Mokhtar Belmokhtar, les terroristes proviennent de pays musulmans mais aussi européens. Deux d'entre eux, rapporte la chaine de télévision privée Ennahar, seraient de nationalité canadienne.

Quant aux otages, seules sont confirmées les morts d'un Français, d’un Américain, de deux Roumains, de trois Britanniques et d’un autre résidant au Royaume-Uni.

"De nombreux disparus"

Mais lundi matin de nombreux ressortissants étrangers sont toujours portés disparus, et le bilan devrait donc être beaucoup plus lourd.

Selon une source hospitalière d’In Amenas, douze des cadavres à la morgue sont des Japonais. Le gouvernemnet philippin fait lui, état de six morts.

Cinq Norvégiens (dont le beau-père du ministre de l'Aide au développement), trois Britanniques, quatre Philippins et un Colombien manquent également à l’appel.

Dimanche, l’armée algérienne continuait de sécuriser le site gazier à la recherche d’autres victimes éventuelles et des opérations de déminage étaient en cours.

Ces forces spéciales auraient libéré au total  685 employés algériens et 107 étrangers.

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?