Prise d'otage en Algérie : les premiers rescapés témoignent

Algériens ou occidentaux, ils ont pu se libérer à la faveur de l'assaut de l'armée algérienne, jeudi. Tous commencent à raconter une longue journée d'angoisse.

BFMTV
Le 19/01/2013 à 9:41

Coups de feux, explosions, alarmes déclenchées : ce sont les premières descriptions faites par les rescapés de la prise d'otage sur un site gazier, mercredi à In Aménas, dans le centre-est de l'Algérie, par un groupe islamiste.

Lorsque les ravisseurs ont fait irruption dans la "base de vie" du site, un travailleur algérien relate que tous les hommes présents, "260 personnes", ont tout d'abord "été rassemblés dans une chambre".

Puis, quand l'armée algérienne a donné l'assaut dans la journée de jeudi, "nous avons cassé une porte et son cadenas, et nous sommes sortis au devant des militaires". Un autre précise qu'ils avaient "brandi une pancarte pour être reconnus" par les militaires, qui les ont réceptionné "pacifiquement".

Les familles d'otage parlent aussi

Les familles d'otages livrent également les premiers éléments qu'elles ont pu avoir de leurs proches rescapés. "Depuis mercredi, mon fils était bloqué dans sa chambre", raconte le père d'un Français libéré. "Il s'est réveillé avec des tirs de fusil. Quad les militaires ont libéré la base de vie, ses collègues les ont guidés vers sa chambre..."

Pour d'autres, blessés, la confusion règne toujours. Un homme alité admet "ne se souvenir de rien. Tout s'est passé si vite..."

La question du jour

La France doit-elle livrer le 2e bateau Mistral à la Russie en 2015?