En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Donald Trump, en mars 2016.
 

EDITO - Tenu en échec lors de la primaire républicaine dans le Wisconsin, le milliardaire, qui était encore il y a peu le champion des sondages, est en mauvaise posture. Il risque de ne pas atteindre le nombre de délégués nécessaire à son investiture, et l'appareil du parti républicain est bien décidé à lui barrer la route. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • HeyBaal
    HeyBaal     

    Vous continuez à en faire tout un cinéma.
    Le mec était un gros délire à la base.
    Les électeurs (peu importe leur niveau) aiment à participer à ce délire tant qu'il ne risque pas de se réaliser.
    C'est un peu comme l'élection de 2002.

  • agagou
    agagou     

    Il est premier mais en mauvaise posture ??

    truc
    truc      (réponse à agagou)

    C'est simple : Arriver premier ne suffit pas , il faut un nombre de délégués minimum pour éviter une convention agitée d'où n'importe qui peut sortir (romney , ryan. ..)
    Les délégués c'est état par état qu'ils se remportent et Trump vient de perdre le Wisconsin où il n'y avait pas beaucoup de délégués à glaner mais sa défaite fait "tâche "

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à agagou)

    C'est compliqué hein ? ☺☺

  • Intermediaire
    Intermediaire     

    Beaucoup de conclusion attive dans ce meandre de magouille cela me fait penser aux regionales dernierement et bizarrement chez nous

    Boz Ramboz
    Boz Ramboz      (réponse à Intermediaire)

    Quand on est teubè on croit voir des magouilles là il n'est bien souvent qu'une simple histoire de bon sens.

Votre réponse
Postez un commentaire