En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Raul Castro et Barack Obama pour une rencontre lors du sommet des Amériques de Panama City, le 11 avril 2015
 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Colibrick
    Colibrick     

    Escadrons de la mort en Iraq : Un instrument de l’occupation.
    § Longtemps avant l’invasion, les USA et ses alliés se sont impliqués dans la [constitution de milices et collaborateurs].§
    Durant l’invasion de l’Irak, les quatre [principaux] groupes de miliciens § ont accompagné les troupes d’invasion pour fournir un soutien et pour terroriser la population civile. § Les quatre groupes sans exception ont participé à la mise à sac et au pillage des richesses de l’État irakien, dont son héritage culturel, sous [les « yeux »] des écrans radars des troupes d’invasion. Aujourd’hui, les meneurs de milices forment environ deux tiers des marionnettes du gouvernement irakien imposées par les USA, et ils exercent une importante influence sur les forces de l’armée et de la sécurité irakiennes nouvellement créées par les USA §.
    Depuis l’invasion, chaque groupe § est prudemment utilisé par les forces d’occupation pour terroriser la population civile irakienne dans une campagne conçue pour miner le soutien de la population civile à la résistance irakienne contre l’occupant. Des sources militaires US ont ouvertement admis que les populations qui apportent un fort soutien à la résistance, « ne payent pas le prix pour le soutien qu’elles donnent au [résistants]… nous devons changer cette équation », (Newsweek, le 14 janvier 2004). En d’autres termes, les civils irakiens sont délibérément visés pour leur rejet de l’occupation.§ 3/4 06/12/06 MndlstnCa

Votre réponse
Postez un commentaire