En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Titre
 

Ces dernières semaines, la parole se libère à propos du harcèlement sexuel dans plusieurs milieux, comme le cinéma notamment. C'est désormais plusieurs milliers de femmes du monde de l'art qui réagissent par le moyen d'une lettre ouverte.

Inscrivez-vous à la Newsletter BFMTV Midi

Newsletter BFMTV Midi

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    Faudrait pas non plus mélanger drague basique (certes lourdingue) avec harcèlement sexuel, viol et tout le toutim sinon à ce rythme on oubliera que nous sommes des mammifères reproducteurs avec des instincts nécessaires à la survie de l'espèce.
    Bon en même temps si ça contribue à réduire la natalité galopante allez-y. Par contre histoire d’être cohérentes mesdames dans votre combat, attaquez-vous aussi au monde du porno, aux pubs sexistes, aux femmes qui se sentent obligés de faire de la chirurgie esthétique pour réussir...

  • Boz Ramboz
    Boz Ramboz     

    Faudrait pas non plus mélanger drague basique (certes lourdingue) avec harcèlement sexuel, viol et tout le toutim sinon à ce rythme on oubliera que nous sommes des mammifères reproducteurs avec des instincts nécessaires à la survie de l'espèce.
    Bon en même temps si ça contribue à réduire la natalité galopante allez-y. Par contre histoire d’être cohérentes mesdames dans votre combat, attaquez-vous aussi au monde du porno, aux pubs sexistes, aux femmes qui se sentent obligés de faire de la chirurgie esthétique pour réussir...

  • Severeine Davouts
    Severeine Davouts     

    Cet engagement on ne peut qu’honorer et pourvu que ça dure et la quantité des personnes augmentent. Mais il faut en même temps que les autorités publiques soient à l’écoute et pas seulement à l’écoute mais disposés à la résolution des problèmes qui portent atteinte à la liberté des êtres humains appartenant au genre féminin. Il est usant pour les femmes d’endurer les injustices sociales envers elles tout au long de leur vie, cracher sur leur rêves et ambitions seulement parce que l’autre partie d’humanité, leur dicte les règles spécifiques et les empêche de vivre comme elles le souhaitent.
    Entre temps, Roman Polanski un violeur et un criminel a tendances pédophiles en plus (ces victimes mineures au moment des fait), va être honoré en France, malgré la pétition et demande d’annuler ces honneurs a son regard. Et quoi comme réponse de la part de la Cinématique Française ? « On a rien à débattre ».
    Voilà, c’est ici le problème. On peut s’engager tant qu’on veut, mais si on n’est pas écoutées et respectées, et on n’a « rien à débattre » de nos avis ou même exigences, on n’ira pas loin. C’est le travail de la justice d’appliquer les lois et de le faire respecter. Et les lois doivent obliger une égalité sur les postes clés de pouvoir et ceci dans n’importe quel domaine.

  • Severeine Davouts
    Severeine Davouts     

    Cet engagement on ne peut qu’honorer et pourvu que ça dure et la quantité des personnes augmentent. Mais il faut en même temps que les autorités publiques soient à l’écoute et pas seulement à l’écoute mais disposés à la résolution des problèmes qui portent atteinte à la liberté des êtres humains appartenant au genre féminin. Il est usant pour les femmes d’endurer les injustices sociales envers elles tout au long de leur vie, cracher sur leur rêves et ambitions seulement parce que l’autre partie d’humanité, leur dicte les règles spécifiques et les empêche de vivre comme elles le souhaitent.
    Entre temps, Roman Polanski un violeur et un criminel a tendances pédophiles en plus (ces victimes mineures au moment des fait), va être honoré en France, malgré la pétition et demande d’annuler ces honneurs a son regard. Et quoi comme réponse de la part de la Cinématique Française ? « On a rien à débattre ».
    Voilà, c’est ici le problème. On peut s’engager tant qu’on veut, mais si on n’est pas écoutées et respectées, et on n’a « rien à débattre » de nos avis ou même exigences, on n’ira pas loin. C’est le travail de la justice d’appliquer les lois et de le faire respecter. Et les lois doivent obliger une égalité sur les postes clés de pouvoir et ceci dans n’importe quel domaine.

Votre réponse
Postez un commentaire