En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Le Saint-Sépulcre photographié après sa restauration, le 20 mars 2017.
 

La professeure grecque Antonia Maropoulou, chargée de la restauration du tombeau du Christ à Jérusalem, a assisté à un mystérieux phénomène. 

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • maperraud
    maperraud     

    Ce document sur la « restauration du tombeau de Jésus » est assez pathétique et en tout cas complètement fantasmagorique. En effet, d’après la Bible de Jérusalem, que disent les évangiles autorisés par l’église catholique ?
    D’abord Matthieu : « Joseph [d’Arimathie] prit donc le corps, le roula dans un linceul propre et le mit dans un tombeau neuf qu’il s’était fait tailler dans le roc ; puis il roula une grande pierre à l’entrée du tombeau et il s’en alla ».
    Que dit Marc ? « [Joseph d’Arimathie] […] s’en vint hardiment trouver Pilate et réclama le corps de Jésus. […] informé par le centurion, [Pilate] octroya le corps à Joseph. Celui-ci, ayant acheté un linceul neuf, descendit jésus, l’enveloppa dans le linceul, et le déposa dans une tombe qui avait été taillée dans le roc ».
    Que dit Luc ? « [Joseph d’Arimathie] alla trouver Pilate et réclama le corps de jésus. Il le roula dans un linceul et le mit dans une tombe où personne n’avait été placé ».
    Enfin Jean : « Joseph d’Arimathie […] demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Celui-ci le permit. Ils vinrent donc et enlevèrent son corps. […] Or, il y avait un jardin […] et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel personne n’avait encore été mis. […] c’est là qu’ils déposèrent Jésus ».
    On nous raconte que l’Église du Saint-Sépulcre fut construite au 4ème siècle, fut détruite par un incendie en 614. Reconstruite, elle fut détruite par un tremblement de terre en 741, qu’au 9ème siècle, elle subit un violent séisme, dont les dommages furent restaurés en 810. Nouvel incendie en 841. En 938, nouvel incendie. En 966, nouvel incendie à la suite d’émeutes. L’édifice fut entièrement détruit le 18 octobre 1009 et reconstruit entre 1042 et 1048.
    On abrège : détruite et reconstruite plusieurs fois entre le 11ème siècle et le 18ème siècle, un nouvel incendie détériora sérieusement l’église en 1808. En 1868, nouveaux travaux pour réparer les dégâts causés par la pluie et la neige.
    (Toutes ces informations sont tirées du document Wikipedia sur l’Église du Saint Sépulcre). Pour paraphraser Jacques Dufilho dans « Victorine et la visite du château », l’église du Saint-Sépulcre est entièrement d’époque.
    Bref, tout ça pour dire la chose suivante : d’abord, on ne sait pas où se trouve exactement ce tombeau ni même s’il existe. Cette histoire est une tradition transmise oralement pendant plusieurs générations, au même titre que les mythologies de l’Égypte ou de la Grèce, que celles des amérindiens précolombiens ou celles des peuples polynésiens. Ensuite, ouvrir la pierre tombale, qu’est-ce que ça veut dire ? La tombe était creusée dans le roc et fermée par une pierre roulante. Mais le dimanche de Pâques, la tombe était ouverte et il n’y avait plus rien dedans puisque, vous comprenez, Jésus était ressuscité, parti vadrouiller en Palestine pour rencontrer les apôtres, puis 40 jours après sa résurrection, le jour de l’Ascension, s’envoler pour rejoindre son Père, c’est-à-dire Lui-même et cet autre Lui-même qu’est le Saint-Esprit. D’où la question : qui a posé la pierre tombale fermant le tombeau de Jésus ?
    On remarquera, dans cette affaire, que les desseins de la providence sont vraiment insondables !
    Antonia Maropoulou témoigne que « les appareils qui analysent la résonnance électromagnétique sont tombés en panne ». Et cette « scientifique » nous réinvente la transmission de pensée entre un supposé caveau et son cerveau. Elle est en train de nous refaire le coup de ces scientifiques qui remettaient en cause la datation au carbone 14 du « Saint-Suaire » de Turin.
    Mais pourquoi cette « scientifique » n’irait-elle pas, le dimanche matin, à la messe pour observer si les mesures montrent que la résonance électromagnétique change au moment de l’élévation provoquant la transformation du pain en corps de Jésus ?

    Benji Lightning Mada
    Benji Lightning Mada      (réponse à maperraud)

    "s’envoler pour rejoindre son Père, c’est-à-dire Lui-même et cet autre Lui-même qu’est le Saint-Esprit."

    Ok il est sorti de la tombe...mais pour rejoindre son père qui est lui-même avec le "saint esprit" qui est aussi lui-même ? Donc donc il a été s'auto rejoindre en s'auto accompagnant ? Un peu tiré par les cheveux tout ça....

    maperraud
    maperraud      (réponse à Benji Lightning Mada)

    Je vous prie de croire que ma sincérité est totale quand j'affirme que je ne suis pas l'inventeur du Mystère de la Sainte-Trinité : Un Dieu unique, composé de trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Cette fusion de trois personnes en une seule divinité montre toute l'élasticité de la mythologie chrétienne.

  • France3
    France3     

    Des appareils sophistiqués qui tombent en panne, c'est un peu le quotidien de n'importe quel laboratoire. Plus c'est complexe, plus c'est sensible et plus c'est fragile. Si tous les grille-pains de Jérusalem s'étaient arrêtés au moment de l'ouverture ça aurait un peu plus d'intérêt.

Votre réponse
Postez un commentaire