Mali : un site publie des photos de l'otage français

Le site mauritanien d'information en ligne Alakhbar a publié une vidéo où l’otage français déclare : "Je m’appelle Rodriguez Leal Gilberto. [...] Je demande au gouvernement français de répondre rapidement à leurs revendications".

V. G. avec AFP
Le 26/11/2012 à 14:55
Mis à jour le 26/11/2012 à 22:17
L'un des otages français au Mali (Alakhbar.com)

Les jihadistes du nord du Mali revendiquent le rapt du Français enlevé dans l'ouest


Fabius : l'otage français au Mali "est en vie"


Le site mauritanien d'information en ligne Alakhbar a publié lundi des images (photos et vidéo) du Français enlevé le 20 novembre dans l'ouest du Mali par le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

L'agence a dans un premier temps mis en ligne deux photos de l'otage sur lesquelles il apparaît mal rasé, tête baissée, vêtu d'une chemise bleue et entouré de deux hommes en armes, avec en toile de fond des inscriptions blanches en arabe sur fond noir.

Dans la vidéo l’otage français déclare : "Je m’appelle Rodriguez Leal Gilberto. J’ai été enlevé à Diema entre Nioro et Bamako par le Mujao. Je demande au gouvernement français de répondre rapidement à leurs revendications. Je ne suis pas fautif dans cet enlèvement; c’est le gouvernement qui est mis en cause par ses actions extérieures. Je place ma confiance à mon gouvernement qui saura traiter rapidement ma situation et trouver une issue favorable. Pour ma famille, ne vous faites pas de souci. Je suis bien traité. Je vous embrasse et je vous aime tous".

"Mon gouvernement saura traiter rapidement ma situation"

Cet otage avait été présenté par les services maliens de sécurité comme s'appelant Gilberto Rodriguez Leal, et non Alberto comme il se présente lui-même.

Âgé de 61 ans, né au Portugal mais de nationalité française, il a été enlevé par des hommes armés le 20 novembre au soir à Diéma, localité située à l'est de Kayes, ville proche des frontières avec le Sénégal et la Mauritanie. Il circulait dans un camping-car et venait de Mauritanie, pays qu'il avait traversé au volant de son véhicule.

"Nous revendiquons l'enlèvement du Français dans le sud-ouest du Mali près de la frontière mauritanienne", avait annoncé le 22 novembre à l'AFP le porte-parole du Mujao, Abu Walid Sahraoui, ajoutant que son groupe allait "prochainement publier une vidéo de l'otage".

La question du jour

Cure d'économies: le gel du point d'indice des fonctionnaires est-il justifié?