Les otages français enlevés au Cameroun auraient été libérés

Les sept otages français enlevés mardi au Cameroun ont été retrouvés au Nigeria, dans la ville de Dikwa, selon des sources militaires camerounaises. Une information que ne confirme pas le Quai d'Orsay.

M.R. avec Caroline Mier | envoyée spéciale à Yaoundé
Le 21/02/2013 à 9:36
Mis à jour le 21/02/2013 à 10:09
Le père de famille enlevé, Tanguy Moulin-Fournier (photo non datée) (BFMTV)

Les sept otages français enlevés au Cameroun, mardi, ont été retrouvés au Nigeria, dans la ville de Dikwa, selon des sources militaires camerounaises. Ils se trouvent actuellement auprès des autorités nigérianes.

"Les otages sont sains et saufs et sont aux mains des autorités nigérianes. Ils ont été retrouvés abandonnés dans une maison dans la localité de Dikwa", à une centaine de kilomètres de la frontière avec le Niger, a affirmé un officier supérieur de l'armée camerounaise jeudi.

Une information non confirmée par le Quai d'Orsay et le cabinet de François Hollande, selon BFMTV. En revanche, le ministre français chargé des Anciens combattants, Kader Arif, confirme bien la libération des otages.

Mal organisés

Le véhicule des ravisseurs a été retrouvé mercredi embourbé, près de la frontière, quelques kilomètres plus loin. Les indices dont on dispose pour l'instant semblent pointer vers un groupe de ravisseurs plutôt mal organisés et dont les motivations sont avant tout financières. Cela pourrait expliquer ce dénouement aussi rapide.

Les trois adultes et les quatre enfants auraient été abandonnés dans une maison. Les ravisseurs n'étaient plus sur place au moment de l'intervention des forces de l'ordre nigérianes.

Deux pistes

La piste islamiste, avec la secte Boko Haram, implantée au Nigeria et qui commence à être vue au Cameroun est envisagée. François Hollande, lui même avait évoqué cette piste.

Il pourrait également s'agir d'un enlèvement crapuleux, avec pour objectif de revendre ces otages, à Boko Haram.

La question du jour

Si cela était possible, seriez-vous prêt à habiter sur une autre planète?