Otages : Boko Haram, les "talibans de l’Afrique de l’Ouest"

Selon les premières constatations, les sept otages français enlevés au Cameroun mardi, l'auraient été par un groupe terroriste du nom de Boko Haram. Mais, les spécialistes avancent aussi d'autres hypothèses.

D. N. et Thomas de Rochechouart
Le 20/02/2013 à 7:44

Français enlevés au Cameroun : la piste Boko Haram - 19/02


Français enlevés au Cameroun : le récit de la prise d'otages


On les surnomme les "talibans de l’Afrique de l’Ouest". Les combattants de Boko Haram soupçonnés d'avoir enlevé sept otages français mardi au Nord du Cameroun sont membres d'une secte qui souhaite instaurer la charia, la loi islamique, au Nigéria.

>> A lire aussi - Français enlevés au Cameroun : le point en cinq questions

L'enlèvement n'est pas leur mode opératoire habituel

Les principaux faits d’armes de cette secte ont consisté pour l'instant à des attentats suicides menés contre des églises. Pour les autorités françaises, ces hommes sont aujourd’hui les suspects "numéro un" dans l’enlèvement des Français.

Pour le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, cela ne fait guère de doute. Le ministre indique que Boko Haram avait déjà par le passé "des ramifications avec les terroristes du Mali".

>> A lire aussi - Cameroun : qui sont les Français enlevés ?

Les otages français ont la cote

Toutefois, pour certains spécialistes, ce mode opératoire ne correspond pas à celui de Boko Haram. Cette secte n'a jusqu'alors jamais mené d'enlèvement. Les véritables auteurs feraient partie, selon eux, d'une branche dissidente de Boko Haram, le groupe Ansaru. Celui-ci, "qui s'est fait une spécialité dans l'enlèvement des occidentaux" serait derrière cette opération, assure ainsi Mathieu Guidère, islamologue.

Certains encore, avancent la piste d'un enlèvement crapuleux. Marc-Antoine Pérouse de Montclos, spécialiste du Nigéria, explique que le but serait de "revendre" les otages à des groupes terroristes, sachant que l'opération au Mali a provoqué "un renchérissement" sur la nationalité française.

Pour l’heure, les autorités françaises n’ont reçu aucune revendication.

La question du jour

La France doit-elle livrer le 2e bateau Mistral à la Russie en 2015?