En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Otages en Algérie : les méthodes algériennes inquiètent
 

Le flou règne encore sur l'assaut donné jeudi par l'armée algérienne pour libérer les otages du site gazier BP des mains de jihadistes. Mais les méthodes habituelles de l'Algérie font craindre le pire.

A lire aussi

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • wis9
    wis9     

    à lire
    http://no-war.over-blog.com/15-categorie-11378341.html
    à regarder
    http://www.dailymotion.com/video/xsp74n_j-ai-un-doute-sur-l-otan_news?start=3#.UPkRcPIgt5I

  • Totoret
    Totoret     

    C'est beau critiquer. Qu'aurait-il fallu faire ? Donner encore des dizaines, voire des centaines de millions de dollars à ces tarés d'islamistes... pour qu'ils puissent s'armer encore mieux et continuer à tuer ? Bravo Alger !

  • Abdelkrim Khetib
    Abdelkrim Khetib     

    c'est leur opinion et c’était notre action

  • leane
    leane     

    Pour une fois, je vais approuver leur façon d'agir. (Je sais, si une ou des personnes de ma famille avaient été concernées, etc...). On a vu que l'on ne pouvait pas négocier avec ces preneurs d'otages qui s'en tirent toujours à bon compte et avec de l'argent. Si à un moment donné un pays montre qu'il ne cédera pas, il y a peu de chance que cela se reproduise dans ce même pays! Ces islamistes et terroristes font bien trop attention à eux pour reprendre le risque. D'ailleurs, ont-ils proféré des menaces, comme ils l'ont fait avec la France lors de son intervention au mali, ou lors de la tentative de libérer l'otage? Ils vont donc aller voir ailleurs, là où l'on prend des gants. Car la France dispose des moyens militaires avec un armement adapté pour les réduire à néant. MAIS les utiliser est lourd de conséquences. Voilà bien le centre du problème: qui prendra cette responsabilité? Le chef de l'état, certes, mais en concertation avec qui?

Votre réponse
Postez un commentaire