En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Des Américains manifestent à Philadelphie, mercredi 3 décembre, après la décision d'un grand jury de ne pas inculper l'officier de police Daniel Pantaleo, impliqué dans la mort d'Eric Garner, un Afro-Américain de 43 ans, lors d'une interpellation en juillet dernier.
 

A l'origine des non-inculpations de policiers blancs, à Ferguson et à New York, le système américain des grands jurys, inscrit dans la Constitution, se retrouve sous le feu des critiques, outre-Atlantique. Focus sur ces jurys populaires chargés de décider ou non de l'engagement de poursuites contre les accusés. 

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • alabama67
    alabama67     

    Et si il y avait eu 9 noirs dans le jury, la décision rendue aurait-elle été plus juste ? Chez nous, dans les affaires de viol, ne faut-il mettre que des femmes dans le jury, ou que des hommes ? pourquoi vouloir faire de ces affaires des crimes racistes. Moi, je vois d'un côté un policier (il y en a des noirs) et de l'autre côté un individu qui n'a pas respecté les injonctions (et il aurait pu être blanc). Je ne crois pas que ces policiers soient racistes... pour le savoir, il faudrait demander à leurs collègues noirs (je suis sûr qu'ils en ont)

  • Badvann
    Badvann     

    C'est le même type de jury qui a acquitté les assassins d'Emmett Till

Votre réponse
Postez un commentaire