En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Un homme joue à Pokémon Go à New York, le 11 juillet 2016 (image d'illustration).
 

Les autorités craignent que le jeu puisse permettre aux potentiels prédateurs sexuels de repérer d'autres joueurs, qui sont souvent des enfants et adolescents.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire