En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • hugues01
    hugues01     

    Une pétition réclamant l’arrestation du Premier ministre israélien pour crimes de guerre lors de sa visite à Londres en septembre prochain a déjà rassemblé près de 80.000 signatures sur le site officiel du Parlement britannique, se rapprochant du seuil nécessaire pour qu’un débat parlementaire soit envisagé.
    Cette pétition électronique lancée le 7 août par Damian Moran, un développeur de logiciels qui vit à Manchester, rassemblait 79.000 signatures lundi en début d’après-midi. Le nombre de signataires était donc proche des 100.000 signatures britanniques qui constituent un préalable nécessaire mais non impératif à l’organisation d’un débat des députés britanniques.
    « Qu’il soit arrêté pour le massacre de plus de 2.000 civils en 2014 »
    Elle réclame que Benjamin Netanyahu soit arrêté « à son arrivée au Royaume-Uni, pour le massacre de plus de 2.000 civils en 2014 », lors de l’offensive israélienne contre la bande de Gaza.
    Le gouvernement britannique, tenu de répondre quand une pétition dépasse les 10.000 signatures, a déclaré sans surprise que « selon la loi britannique et internationale, les dirigeants de gouvernements étrangers en visite, comme le Premier ministre Netanyahu, disposent de l’immunité contre toute procédure judiciaire et ne peuvent être arrêtés ni détenus ».
    Interrogé par la chaîne qatarie Al-Jazeera, Damian Moran a expliqué qu’il ne s’attendait pas à ce que Cameron fasse actuellement arrêter Benjamin Netanyahou, mais espérait que sa pétition lancerait un débat sur les attaques militaires d’Israël et le soutien que lui apporte le Royaume-Uni.
    De plus en plus dur de collaborer avec les criminels de guerre et que cela passe comme une lettre à la poste !

Votre réponse
Postez un commentaire