En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Mario monti entreprend de former le nouveau gouvernement italien
 

par Giuseppe Fonte ROME (Reuters) - Mario Monti a entamé des consultations lundi pour former, après le départ de Silvio Berlusconi, un nouveau...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • karpat
    karpat     

    j'allais poster la meme chose. mais la question que je me pose, c'est comment autant de pouvoir si vite , sans démocratie!
    comment Goldman sachs soupconné en 1929 peut orchestré ces crises européennes depuis 5 ans sans que personne ne bronche??comment peuvent ils publiquement enfoncer le clou en incitant à la spéculation sur l'effondrement et l'appauvrissemnt des peuples européens qui en découlent sans que personne ne bronche?
    comment nommer 3 mecs de chez eux à despostes clés pour finir de nous achever sans que personne ne bronche?
    la question qui se pose est:
    qui est derrière Goldman Sachs?

  • ricks
    ricks     

    Qu'ont en commun Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papadémos ? Le nouveau président de la Banque centrale européenne, le président désigné du conseil italien et le nouveau premier ministre grec appartiennent à des degrés divers au "gouvernement Sachs" européen. La banque d'affaires américaine a en effet tissé en Europe un réseau d'influence unique sédimenté depuis des lustres grâce à un maillage serré, souterrain comme public.

    A tout concours, il faut une hiérarchie. Le premier prix revient bien sûr à Mario Draghi, vice-président de Goldman Sachs pour l'Europe entre 2002 et 2005. Nommé associé, il est chargé des "entreprises et pays souverains". A ce titre, l'une des missions est de vendre le produit financier "swap" permettant de dissimuler une partie de la dette souveraine, qui a permis de maquiller les comptes grecs. Vient ensuite Mario Monti, conseiller international depuis 2005. Arrive en troisième position Lucas Papadémos, qui vient d'être nommé premier ministre de la Grèce, qui fut gouverneur de la Banque centrale hellénique entre 1994 et 2002, qui a participé à ce titre à l'opération de trucage des comptes perpétré par GS. Le gestionnaire de la dette grecque est d'ailleurs un certain Petros Christodoulos, un ex-trader de la firme.

Votre réponse
Postez un commentaire