En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Une mère syrienne tient son bébé de deux mois dans un camp de rétention sur l'île grecque de Chios, le 3 avril 2016.
 

Parmi les milliers de demandeurs d'asile qui s'entassent dans les centres de rétention grecs, des mères n'arrivant pas à allaiter ont du mal à trouver suffisamment de lait infantile pour nourrir leurs nourrissons. Certains recevraient seulement un quart de la quantité journalière recommandée.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • red01
    red01     

    donc on va envoyer nos impôts aux Grecs pour acheter du lait ?

  • Franc-Gaulois75
    Franc-Gaulois75     

    La misère est un mal génétique qui ne se guérit pas.

  • Franc-Gaulois75
    Franc-Gaulois75     

    Il faut anticiper, on ne déboule pas comme ça dans un pays avec des bébés!
    Totalement irresponsables ces gens!
    Et après c'est à l'Europe de tout assumer. La vie est belle!
    Il faut se prendre en main. Il y a eu nombre d'immigrés en Europe (polonais et autres) qui n'ont pas crever de faim et n'ont fait venir leur famille qu'une fois installés.

  • SebT
    SebT     

    Sauvé...MSF est là...

  • truc
    truc     

    Une véritable honte , pour nous tous européens
    Et nous avons des millions de litres d'excédents laitiers

  • mousquetaire
    mousquetaire     

    Ces bébés commencent très mal leurs vies dans ce monde de brute

    mousquetaire
    mousquetaire      (réponse à mousquetaire)

    Pourquoi des pouces en bas
    Vraiment minables

Votre réponse
Postez un commentaire