Deux militaires tués en Guyane : les suspects passent aux aveux

Deux Brésiliens, Manoel Ferreira Moura et Ronaldo Silva Lima, interpelés vendredi, ont avoué le meurtre des deux militaires français tués le 27 juin lors d’une opération contre des chercheurs d’or clandestins en Guyane.

Fanny Regnault
Le 29/07/2012 à 15:26
Mis à jour le 29/07/2012 à 16:12

On connait désormais les noms des meurtriers de Sébastien Pissot et Stéphane Moralia, ces deux militaires français tués le 27 juin lors d’une opération contre des chercheurs d’or clandestins en Guyane.

Il s’agit de deux Brésiliens : Manoel Ferreira Moura et Ronaldo Silva Lima. Interpellés vendredi dans le nord du Brésil, ils ont avoué samedi soir à police brésilienne avoir participé au meurtre des deux Français.

L’un des deux meurtriers Manuel Ferreira , est à la tête d’un gang violent qui dirige un site d’orpaillage clandestin près de Dorlin, où les militaires ont été pris en embuscade. Au moment de l’interpellation, les deux hommes étaient armés et possédaient une grosse somme d’argent en liquide

Le Brésil engagé contre le pillage

Manuel Ferreira , est soupçonné d’autres crimes au Brésil. Depuis le meurtre, les deux hommes avaient fui la Guyane à travers la forêt amazonienne sur plus de 200 km en direction de la frontière brésilienne utilisant des pirogues et des quads dérobés sur leur parcours.

Depuis 15 jours près de 120 gendarmes français étaient mobilisés pour les traquer au cœur de la jungle amazonienne, en coopérations avec les forces brésiliennes.

L’an dernier le gouvernement Brésilien s’était engagé à œuvrer pour que ses ressortissants émigrés en Guyane ne se livrent pas à l’orpaillage illégal et ne deviennent pas une menace pour ce département français d’outre-mer.

Toute l'actu International

La question du jour

Comprenez-vous que la mairie du 6e arrondissement à Paris veuille "évincer systématiquement" les Roms?