En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

7 opinions
  • Meloco
    Meloco     

    Manifestation pro-Gaza à Bruxelles: une dizaine d'interpellations-------Il faut dire que la justice Belge - les lois sont appliquées au pied de la lettre .... allez lancer un pierre sur un policier ... lui aura Mal mais le lanceur lui ça lui fera très mal ......

  • lillois
    lillois     

    pas de musulmans en europe, l'europe de l'atlantique à l' oural avec poutine,et les serbes

  • lillois
    lillois     

    pour moi le nettoyage serait vite fait dehors

  • almanach
    almanach     

    Les mécanismes sont nombreux à renforcer la puissance des colonies, malgré les déclarations de principe de l'Union européenne. Un système que Michelle Sibony qualifie d' "extrêmement hypocrite" comme le dénonçait un rapport publié en octobre 2013 par plus d'une vingtaine d'ONG, intitulé "La paix au rabais : comment l'Union européenne renforce les colonies israéliennes".
    Zoom:
    "La paix au rabais"

    La position de principe, défendue depuis vingt ans par l'UE est de considérer que les colonies israéliennes implantées au sein des territoires palestiniens occupés sont "illégales au regard du droit international ; elles constituent un obstacle à l'instauration de la paix ; elles risquent de rendre impossible une solution fondée sur la coexistence de deux Etats". Seulement, en pratique, l'UE fait l'inverse des intentions affichées dans cette profession de foi : la valeur annuelle des produits qu'elle importe des colonies est 15 fois supérieure à celle des produits qu'elle achète dans les territoires palestiniens : 230 millions d'euros d'un côté, contre 15 millions d'euros de l'autre. Le rapport souligne que près de 4 millions de Palestiniens vivent en Cisjordanie et à Gaza, ainsi que 500 000 colons israéliens, ce qui signifie que l'UE "importe au moins 100 fois plus par colon que par Palestinien". Tout en condamnant régulièrement les colonies Israéliennes, l'UE "soutient leur viabilité en achetant leurs produits" et favorise de facto leur croissance.

    A la suite de ce rapport, l'UE avait décidé d'étiqueter précisément les produits des colonies israéliennes de Cisjordanie et de Jérusalem-Est, comme c'est déjà le cas en Grande-Bretagne ainsi qu'au Danemark. Mais la décision ne cesse d'être reportée. "Il faut se rendre compte, explique Michelle Sibony, de l'ampleur du lobbying israélien : il n y a pas un seul bureau, du haut en bas des bâtiments de l'UE, dans lequel on ne rencontre pas, à toute heure, des représentants de lobbys pro-israéliens, que ce soit dans le sport, dans la cuisine, dans le ménage, dans tous les domaines possibles et imaginables."

    De son côté, Benyamin Netanyahou souligne qu'un boycottage des produits des colonies entraînerait une perte d'emploi pour les 25 000 Palestiniens qui y travaillent, "ce qui aggraverait la crise économique que traverse l'Autorité palestinienne". "Quel cynisme!" s'émeut Michelle Sibony. "En juin dernier, j'étais à la conférence nationale palestinienne du BDS, explique-t-elle, il y avait 700 personnes réunies, de Palestine à Bethléem, c'était très représentatif, non seulement leurs revendications étaient très claires au niveau international, mais elles ont aussi appelé les palestiniens eux-même à boycotter les produits israéliens dans leurs épiceries, ce qui n'est pas une mince affaire…".

    Pour Michelle Sibony, "nous sommes dans des compromissions dangereuses avec les israéliens, il faut poser des limites claires et précises à leurs activités, et c'est le rôle de la France, c'est notre responsabilité en tant qu'Etat de le faire". Sa remarque fait notamment échos aux révélations publiées sur Rue89 jeudi 17 juillet 2013 par Laurent Bonnefoy, chercheur au CNRS en sciences politiques qui s'est rendu compte que des associations de colons israéliens étaient (indirectement) financées par les impôts français. Si la charge symbolique de la directive européenne a pu heurter le nationalisme israélien, force est de constater que ses liens économiques avec l'Union européenne restent bien vivaces.

  • marsup13
    marsup13     

    est ce bien etonnant tout cela devant la montee de l'islam radical en europe ?

  • pointdevue
    pointdevue     

    BFM TV NE VOIS PAS LES MANIF QUI SONT PASSÉES DANS LE CALME EN ALLEMAGNE , EN GRANDE BRETAGNE et partout dans le monde

  • PACOP
    PACOP     

    A quoi sert-il d'arrêter des manifestants dans le monde entier , quand ce dernier réprouve
    unanimement un Etat fascite . Les Gouvernements devraient plutôt :
    1) imposer une force d'interposition à Israël et au Hamas ;
    2) Traduire Nétanyahou et le commandant en chef de l'Armée juive devant la CPI ;
    3) Condamner Israël à financer la reconstruction dans la bande de Gaza ( habitations et hôpitaux .

Votre réponse
Postez un commentaire