En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Mali : un conflit à 100 millions d’euros
 

Selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, l’opération Serval au Mali a déjà coûté 100 millions d’euros à la France. A droite, pourtant, les députés s’accordent pour dire que c’était l’unique solution.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

33 opinions
  • dfghjk
    dfghjk     

    mais ce n'est pas le même porte feuilles,a tout la classe politique vous êtes des minables...........

  • justemonavis
    justemonavis     

    Il y a peu , Hollande et Fabius juraient leurs grands dieux que jamais la France n'interviendrait au Mali. Les journalistes de la propagande socialiste ont la mémoire courte , non ?

  • lululolo21
    lululolo21     

    Il faut de temps en temps retourner le fumier pour l'aérer. Depuis le temps que la menace pesé sur nos vieille capitales européenne, à chaque fois la même rengaine. S'il y avait un vrai danger pour l'Europe,je suis sur que les Anglais en premier et d'autres pays occidentaux seraient intervenus sans la moindre hésitation. De plus, vu l'armement des djihadistes (on ne va pas nous refaire le coups de rebelles puissamment armés),un simple soutient aux armées africaines aurait suffit.Continuons comme ça et nous allons nous retrouver dans le lot des pays en voie de développement.

  • bypy
    bypy     

    Le président Hollande a été acclamé en héros au Mali, cela a fait la une des journaux télévisés et des radios qui nous renvoient à d'autres souvenirs. En mai 2006, Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, a été à Bamako. Le candidat à l’élection présidentielle venait présenter aux Maliens les projets français sur la « gestion concertée de l’immigration ». La visite avait été troublée par des manifestants qui brandissaient une pancarte « Sarkozy raciste », incident ressenti sur place comme mineur, mais qui fit les délices des médias français pendant plusieurs jours. Lors de son discours, le ministre avait été plusieurs fois interrompues par des défenseurs des droits de l’homme, fustigeant « l’impérialisme français » le « néo-colonialisme » et lui rappelant « qu’il n’était pas ici chez lui ». Dans les rapports entre la France et l’Afrique francophone, il y a toujours une sorte d’embarras et de malaise implicite, que l’intervention militaire, le triomphe et les bains de foule ne parviennent pas à dissiper définitivement. Tous les gouvernements veulent créer une relation de « partenariat égal à égal », mais un demi-siècle après la décolonisation, sans y parvenir. La seule question qui importe à mes yeux est celle-ci : pourquoi ce grand pays qu’est le Mali, avec ses quinze millions d’habitants, a-t-il eu besoin de 5000 soldats français pour chasser de ses villes du Nord des terroristes sanguinaires ? Chaque président français marque son passage à l’Elysée par une ou plusieurs opérations militaires en Afrique subsaharienne : VGE à Kolwezi et à Bangui, Mitterrand au Tchad et au Rwanda, Chirac en Cote d’Ivoire, de même que Nicolas Sarkozy à Abidjan, désormais Hollande au Mali. Sans doute, au cas par cas, ne peut-on pas faire autrement que d’intervenir en ce genre de circonstance. Mais la répétition de décennie en décennie de ce type d’intervention n’en soulève pas moins des interrogations de fond : jusqu’à quand la France sera-t-elle amenée à jouer le rôle de gendarme de l’Afrique francophone, 50 ans après lui avoir accordé l’indépendance ? Quand les Etats d’Afrique francophone parviendront-ils s’organiser pour conquérir leur indépendance réelle, c’est-à-dire assurer leur défense, leur sécurité et au-delà, leur développement économique et social ? Au-delà de l’événement médiatique, c’est la question fondamentale.

  • gunter malavitch
    gunter malavitch     

    @Biloute62870
    C'est un peu faux ce que vous dites.
    un, il n'y a pas de gouvernement légitime au Mali puisqu'un coup d'état militaires en 2012 a renversé le gouvernement élu démocratiquement .Devant cette vacance du pouvoir légitimes les rebelles du nord et les djihadistes en ont profité pour conquérir le nord Mali!
    Deux, les Nations Unis ont voté une résolution permettant l'intervention de troupe Africaines pour protéger la population et rien de plus. Ayant des bases en Afrique(Djibouti, Tchad, Sénégal) la France s'est certainement prise pour une nation africaine
    (hi hi hi) et est intervenue seule allant au delà de ce que demandait l'ONU ce par le miracle d'une lecture grossière de cette même résolution . Si le sort des populations opprimées est d'un intérêt profond pour la France, je conseillerais d'intervenir
    pour la Palestine( qui réclame une opération casque bleus de Paris) pour le Tibet qui réclame aussi le soutien de Paris,enfin le champs des OpEx est grands.
    En vérité l'armée française sert de milice privée pour quelques intérêts privés (Areva, Total, Bolloré)
    ce qui pourrait ce comprendre si le pays en profitait(ie la FRANCE) mais ces entreprises ne payent pratiquement pas d’impôts en France et ne font travailler guère plus de français.

  • ppd
    ppd     

    Mais les gens qui fréquentent les restos du coeur ne peuvent pas faire la une de nos medias, ça ne fait pas bon genre. Il faut du sensationnel dans cette société. Malheureusement.

  • 22 les v'la
    22 les v'la     

    mais en réalité combien? Avec cette somme, combien de repas aux restos du coeur pourraient être servis, combien d'aides au sans abris etc...

  • gunter malavitch
    gunter malavitch     

    Lamentables députés, pour servir de milice privée pour Areva et Total, on ne compte pas les dépenses de l'armée.
    Mais pour les retraites et tous les acquis sociaux, pour ces bons à rien mauvais à tous, la oui on doit se serrer la ceinture!!!!
    Et puis 100 millions d'euros je trouve le chiffre bien faible pour tous ce que engendre une telle opération. A quand un audit indépendant du coût réel de cette intervention. De plus je pense que les Tchadiens et autres troupes africaines ne sont intervenues sans contrepartie,qui a payé leur équipement, leur carburant,etc....avec un audit je pense qu'on serait émerveillé du niveau de la gabegie.

  • ppd
    ppd     

    100 millions pour l'instant, mais ce sera un autre montant dans 1 ou 2 ans car ils ne sont pas prêts de quitter ce bourbier, même si François Hollande prétend le contraire!! Ce sont des guignols et des menteurs.

  • Biloute62870
    Biloute62870     

    Avant de traiter les gens de naze on se regarde dans le miroir pour voir si on ne se voit pas et la tu doit voir ton visage, la différence entre la syrie et le MALI c'est que c'est les autorités Malienes et la population qui ont demandé l'aide de la France en SYRIE on ne pouvait intervenir qu'avec l'aval de Nations Unies avant d'enclencher la gueule faut débrayer le cerveau

Lire la suite des opinions (33)

Votre réponse
Postez un commentaire