Mali : les soldats français et maliens contrôlent l'aéroport de Gao

Ce bastion islamiste a été repris ce samedi par les armées française et malienne.

D. N. avec AFP
Le 26/01/2013 à 12:29
Mis à jour le 26/01/2013 à 13:18
Soldats maliens et français ont repris l'aéroport de Gao à 1.200 kilomètres au nord de Bamako. (AFP)

Mali : vidéo de l’armée de l’air française qui bombarde 25/01


Au Mali, dans les camps de déplacés 26/01


Des soldats français et maliens ont pris samedi le contrôle de l'aéroport de Gao, un bastion islamiste situé à 1.200 km au nord-est de Bamako, a-t-on appris auprès d'une source de sécurité malienne.
    
"Les forces maliennes et françaises sécurisent l'aéroport de Gao et le pont Wabary de Gao. Ces deux endroits stratégiques sont sous contrôle des forces malienne et française", a déclaré cette même source. L'aéroport se situe à environ 6 km à l'est de Gao. Le pont est lui placé à l'entrée sud de la ville.

Selon l'entourage du ministre de la Défense française, Jean-Yves Le Drian, les combats continuent dans la zone.

>> LIRE AUSSI - Les islamistes veulent "négocier" la libération d'un otage français

Le sort des otages toujours en question

Gao, l'une des principales villes du Nord du Mali, est un bastion des islamistes du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Ce groupe a annoncé samedi matin qu'il était prêt à "négocier la libération" de l'otage français qu'il détient depuis deux mois.
    
La source de sécurité n'a pas fait état de combats. D'autres sources ont indiqué que la plus grande partie des combattants islamistes avaient évacué la ville ces derniers jours, remontant vers l'extrême-nord-est du Mali pour échapper aux frappes aériennes françaises.
    
Les positions des islamistes à Gao ont été pilonnées par l'aviation française, notamment par des avions de combat Rafale, qui visaient "des camps d'entraînement, des infrastructures et des dépôts logistiques constituant les bases arrière des groupes terroristes", selon Paris.

La question du jour

Etes-vous pour l'instauration d'un forfait aéroport pour les taxis?