Mali : Harold Vormezeele, 33 ans, deuxième soldat tué au combat

Un deuxième soldat français a été tué dans les combats au Nord du Mali, mardi lors d'affrontements avec des groupes terroristes dans une zone montagneuse.

A. G.
Le 20/02/2013 à 6:46
Mis à jour le 20/02/2013 à 8:14

Mali : la radio, un media essentiel en période de guerre - 18/02


Un soldat français et une vingtaine d'islamistes ont été tués dans le nord du Mali dans un affrontement, mardi peu après 11h00, entre les soldats français et maliens, et des groupes terroristes, dans le massif des Ifoghas, une zone chaotique où seraient détenus des otages européens.

Harold Vormezeele est le deuxième homme à tomber au combat dans les rangs français depuis le début du conflit au Mali, le 11 janvier dernier. Le premier, pilote d'hélicoptère, avait péri le premier jour de l'opération Serval.

Agé de 33 ans, ce sergent-chef né en Belgique aura servi la France durant 14 ans, dans des zones difficiles, comme la Côte-d'Ivoire, et l'Afghanistan. Harold Vormezeele s'était engagé dans la Légion étrangère en 1999, et était rattaché au deuxième régiment étranger de parachutistes de Calvi, en Corse.

"Dernière phase de l'opération" Serval

En marge d'un déplacement en Grèce, le président François Hollande s'est exprimé mardi sur sa mort. "Nous voyons que nous sommes maintenant dans la dernière phase de l'opération au Mali". Il s'agit "d'aller jusqu'au bout, c'est-à-dire l'arrestation des derniers chefs ou groupes terroristes qui demeurent à l'extrême Nord du Mali. C'est dans le cadre de cette opération qu'il y a eu cet accrochage qui n'est pas terminé et a hélas conduit un légionnaire à perdre la vie".

Plus de 5.000 soldats des forces africaines, soit un millier supplémentaire depuis jeudi, sont désormais déployés sur le sol malien, alors que l'opération Serval continue de "sécuriser" le Nord-Est du pays et de "désorganiser" les groupes terroristes, selon le ministère de la Défense.
    
Au total, près de 8.000 soldats africains sont attendus au Mali pour épauler les forces maliennes et prendre le relais de l'armée française.

La question du jour

Faut-il dissoudre la LDJ, Ligue de défense juive?