L'Iran a achevé l'équipement du site nucléaire de Fordo

L'organisation accuse le pouvoir de Téhéran d'avoir "sapé" la capacité d'inspecter de l'équipe, d'observateurs sur place.

BFMTV.com avec AFP
Le 16/11/2012 à 17:36
Mis à jour le 16/11/2012 à 19:01
Le site nucléaire de Fordo, au sud de Téhéran la capitale, a été totalement équipé (Google Maps)

L’Iran nucléaire : les doutes deviennent certitudes


Nucléaire iranien : Benjamin Netanyahou somme l’ONU de tracer une "Ligne rouge"


L'Iran a terminé d'équiper le site nucléaire souterrain de Fordo a annoncé l'Agence internationale à l'énergie atomique (AIEA) dans un rapport.

Dans ce lieu l'Iran enrichit de l'uranium. Il y a à présent 2.784 centrifugeuses installées là-bas, mais il n'y a eu aucune augmentation dans le nombre des centrifugeuses en production. L'enrichissement de l'uranium par l'Iran est au coeur du conflit entre Téhéran et les grandes puissances.

La République islamique a désormais la capacité, si elle le souhaite, d'augmenter nettement sa production d'uranium enrichi à Fordo, un site enfoui sous une montagne près de la ville sainte de Qom dans le centre du pays.

L'Iran n'enrichit pas au delà de 20%

L'agence onusienne réitère également dans ce document qu'elle n'est toujours pas "en mesure (...) de conclure que tous les matériaux nucléaires en Iran sont (utilisés) à des fins pacifiques".

L'organisation accuse le pouvoir de Téhéran d'avoir "sapé" la capacité d'inspecter, de l'équipe d'observateurs sur place et notamment sur le site militaire de Parchin.

Cela fait un an que l'AIEA cherche à se rendre sur le site, sans succès. L'organisation soupçonne l'Iran d'y avoir procédé à des tests d'explosion pouvant être applicables au nucléaire.

Le 17 septembre, le chef de l'organisation iranienne de l'énergie atomique Fereydoun Abbasi Davani avait suggéré que des "saboteurs ou des terroristes" avaient pu s'infiltrer au sein de l'agence et agiraient contre les intérêts de l'Iran.

"Une atmosphère d'intimidation"

Depuis, la situation est devenue tendue pour les inspecteurs sur place. "Sur le terrain les inspecteurs continuent bien sûr de travailler normalement mais cela crée une atmosphère d'intimidation, je ne peux pas le nier", a déclaré une source bien informée proche de l'AIEA.

"Etant donné les activités considérables qui ont été, et continuent d'être, entreprises par l'Iran à (...) Parchin, la capacité de l'agence, quand elle aura accès aux lieux, à effectuer une vérification efficace aura été sérieusement sapée", a indiqué l'agence dans un rapport sur l'Iran consulté par l'AFP.

Dans le pays, l'uranium enrichi est utilisé pour la production d'électricité ou d'isotopes médicaux, servant à diagnostiquer certains cancers, mais purifié jusqu'à 90%, il entre dans la fabrication de l'arme atomique. Selon les informations officielles, l'Iran n'enrichit pas au delà de 20%.

Selon les derniers chiffres livrés par l'AIEA, le régime de Téhéran a produit au total 7.611 kg d'uranium enrichi jusqu'à 5%, soit 735 kg de plus que lors du dernier rapport de fin août. 232,8 kg l'ont été jusqu'à 20%, soit une hausse de 43,4 kg.

Toute l'actu International

La question du jour

Etes-vous prêt à acheter certains médicaments hors des pharmacies ?