En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Le site archéologique de Palmyre fait l'objet de toutes les attentions alors que l'Etat islamique tente de s'emparer de la ville
 

La Syrie entre dans sa cinquième année de guerre civile, et pourtant l'esprit national n'est pas encore détruit, car une grande unité se dégage sur un point: les trésors archéologiques du pays doivent être défendus par tous, adversaires comme tenants du régime. Une consigne qu'évidemment l'Etat islamique ne compte pas respecter.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Colibrick
    Colibrick     

    Le Caire : " la Syrie combat des terroristes étrangers ".
    C'est la première fois que la diplomatie égyptienne prend si clairement position en faveur de la Syrie.
    " La Syrie fait face aux combattants venus pour la plupart de l'extérieur du pays" a affirmé Nabil Fahmi, ministre des Affaires Etrangères. " Ill s'agit d'un défi de taille auquel fait face la Syrie mais qui risque de surcroit de s'étendre à l'ensemble de la région." " L'Egypte souhaite que les pourparlers de Genève II s'organisent au plus vite pour qu'une solution politique soit trouvée à la crise car celle-ci est devenue un enjeu géopolitique à l'échelle de la planète. Tout effort destiné à désintégrer la Syrie est un effort qui vise en réalité à démembrer tous les Etats de la région, a fait remarquer le ministre avant d'ajouter : " L'opinion internationale égyptienne est plus que jamais hostile aux politiques de Washington et les aides financières et militaires des Etats-Unis ne pourront pas influer sur les décisions de l'Etat égyptien ou les dénaturer ". Interrogé sur les tensions grandissantes avec la Turquie le ministre a affirmé : " Les dirigeants égyptiens subissent de très fortes pressions de la part des égyptiens pour rompre leurs relations avec la Turquie car la population s'oppose fermement à la position d'Ankara et ses soutiens aux Frères musulmans ". 25/09/13 Irb

  • Grincheux
    Grincheux     

    Pour l'instant, on ne voit que l'armée de Bachar .... les autres sont soient avec EI ou Daesh, soient en route vers l'Europe.

  • dani42
    dani42     

    Ouaiiiiiiiiiiiiiiiis. Tous derrière Bachar....

Votre réponse
Postez un commentaire